Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Territoires >

Télésanté sans frontières

DSIH,DL, MARDI 21 OCTOBRE 2014 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La France a accueilli à Paris la 19e Conférence de la société internationale de télémédecine (ISFTEH) à l’occasion du 5e Carrefour organisé par le Club des acteurs de la télésanté (CATEL). Pas moins de 25 des 87 pays que compte cette organisation étaient représentés les 16 et 17 octobre derniers à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

Ce qui a permis aux participants de découvrir les travaux les plus variés menés en tous points du globe. Un système de surveillance de l’auto administration de l’insuline par les patients diabétiques âgés au Japon, par exemple, mais aussi une infrastructure de suivi à distance pour le milieu rural au Nigéria, ou encore un réseau de télésanté au Brésil.

Côté français, Luc Lepape, PDG d’Ergovie, a présenté comment il transforme, grâce à l’électronique, un fauteuil roulant en véhicule intelligent, capable d’assister la conduite. Une évolution essentielle quand on sait que 1,8 million de personnes environ passent aujourd’hui, en France 8 à 12 heures par jour en fauteuil roulant. Ergovie a l’ambition d’en faire une véritable plateforme de recueil et de transmission de données de santé, facilitant le suivi des personnes handicapées. Le fauteuil est actuellement en test au Pôle Saint-Hélier, à Rennes. Le CHU de Bordeaux et l’ARS d’Aquitaine ont également été mis à l’honneur pour leur action dans la télésurveillance des dispositifs cardiaques implantables communicants : 1 700 patients sont ainsi suivis quotidiennement. « Avec des résultats très positifs », se félicite le Dr Sylvain Ploux, PH au service de cardiologie, électrophysiologie et stimulation cardiaque du CHU, qui assure le télésuivi pour 13 établissements partenaires.

Les résultats du programme européen Cordiva étaient aussi au menu. Lancé en 2006, en Allemagne, il a facilité la prise en charge de 12 000 patients insuffisants cardiaques par an. Il a maintenant démarré en France, dans le cadre de deux protocoles : au CHU de Toulouse (OSICAT) et à l’hôpital René Dubos, à Pontoise (PIMPS, lire aussi : http://www.dsih.fr/article/839/le-ch-de-pontoise-evalue-le-telesuivi-dans-l-insuffisance-cardiaque.html). L’organisation de télésuivi a notamment le potentiel de réduire sensiblement le recours à l’hospitalisation.

Le programme de l’événement : http://www.carrefourtelesante.fr/sessions.html 

 

télésanté, télémédecine, catel, chu