Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Indice de confiance Numérique & Santé : Quelques lueurs d’espoir dans un climat de défiance (Communiqué)

Cercle Numérique et Santé, MARDI 11 NOVEMBRE 2014 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Jeudi 6 novembre dernier, le Cercle Numérique et Santé publiait les résultats de la 3ème édition de l’Indice de confiance Numérique & Santé*. Après une timide hausse en 2013, la nouvelle édition de ce baromètre dessine un paysage morose voire déprimé de la e-santé en France. L’indice de confiance général recule de 2 points à 2 ans, pour atteindre la note de 4,70/10 et passe, à 5 ans, à 6,24 contre 6,43 l’an dernier

Plus que cette tendance à la baisse, Sandrine Degos, Fondatrice du Cercle des Décideurs Numérique & Santé et Présidente de Care Insight se déclare préoccupée par la disparité de vision entre les différents acteurs. Ainsi, si les représentants des collectivités territoriales et les élus font preuve d’un bel optimisme (leur niveau de confiance à 5 ans augmente de 12 %), la confiance des professionnels de santé, elle, s’effondre de 10 %. Avec 20 points d’écart entre ces deux types d’acteurs, les divergences de vision n’ont jamais été aussi grandes.

Les principaux résultats en infographie : http://www.cercle-decideurs-sante.fr/ressources/les-ressources/338-indice-de-confiance-numerique-&-sante-resultats-2014.html ou en animation : http://www.youtube.com/watch?v=QF77nX6DcN4&feature=youtu.be

Dans le détail, il est possible d’analyser ces résultats à la lueur des dernières actualités.

L’indicateur « Infrastructure » qui accuse par exemple une forte baisse (- 8 points avec une confiance de 4,79/10 à 2 ans) souffre du recul marqué de la confiance en la confidentialité des données, qui passe de 6,70/10 à 2 ans en 2013 à 5,56/10 en 2014. Le débat actuel autour de l’open data, les craintes nées dernièrement de la fuite de certaines données hospitalières et l’arrivée fracassante sur le secteur des “GAFA” (Google, Amazon, Facebook et Apple) y sont certainement pour quelque chose.

De la même manière, la baisse continue de la confiance dans le DMP plombe la performance de l’indicateur général “Production et coordination des soins” qui reste néanmoins stable (4,69/10 en 2013 contre 4,67/10 en 2014). La chute de confiance dans le DMP est continue depuis 3 ans : 4,55/10 en 2012, 4,23 en 2013 et 4,16 aujourd’hui (à 2 ans).  Et il est même passé cette année sous la barre des 4/10 à 2 ans pour les professionnels de santé. Les associations de patients le sauveront-ils des eaux ? Plus convaincus de son utilité que les professionnels, ils ont en effet une meilleure confiance en sa diffusion surtout à moyen terme (5,21/10 à 2 ans et 6,46/10 à 5 ans).

L’indicateur « Médias sociaux en santé » reste lui aussi en berne. Il n’a d’ailleurs jamais vraiment décollé ni même dépassé la moyenne des 5/10 à 2 ans.

Enfin, les résultats mettent à mal la volonté actuelle de faire de la e-santé une filière d’avenir pour la France. L’indicateur ”Création de valeur affiche des scores moyens (3,82/10 à 2 ans et 5,05/10 à 5 ans). Sur ce point, les représentants des collectivités territoriales et les élus sont les plus optimistes en termes de création de valeur avec des notes de confiance de 4,97 / 10 à 2 ans et de 6,27 / 10 à 5 ans. Finalement, seule la capacité à créer des champions internationaux recueille un meilleur niveau de confiance qu’en 2013 avec un score de 3,70 / 10 à 2 ans et de 4,72 à 5 ans.

Malgré ce climat morose, ces résultats offrent tout de même quelques lueurs d’espoir.

L’indicateur « Télémédecine » voit ainsi son niveau de confiance progresser à court terme (5,02/10 à 2 ans en 2014 contre 4,98 en 2013). Les sous-indices “téléconsultation” et “téléexpertise” suivent par exemple une courbe croissante depuis la création du baromètre.

L’indicateur « e-santé à domicile » marque également une progression positive cette année et dépasse son score de 2012 pour s’établir à 5,29/10 sur à 2 ans (contre 5,26/10 en 2012). Les sous-indicateurs flirtent même avec un quasi sans faute à 5 ans, les scores enregistrés étant de 6,94/10 pour les objets domestiques, de 7,34/10 pour les DM communicants et de 7/10 pour les gérontechnologies.

*L’indice de confiance numérique & santé est réalisé sur la base d’un sondage auto-administré sur le web, auprès d’un panel d’acteurs de santé et d’experts de la e-Santé.

Il se constitue d’une question filtre et de 20 sous-indices répartis au sein de 6 indicateurs (Infrastructures • Production et coordination des soins • Télémédecine • e-Santé à domicile • Médias sociaux en santé • Création de valeur économique & industrielle).

La moyenne de ces sous-indices correspond à l’Indice de confiance numérique & santé à 2 ans ou à 5 ans. Chaque question est répétée sur ces 2 périodes.

L’édition 2014 du sondage a été administrée du 24 juin au 19 septembre et a enregistré 658 participations. Parmi celles-ci, 636 ont répondu positivement à la 1ère question filtre (Pensez­vous que la e­santé peut contribuer à l'amélioration de la santé des Français ?) et ont donc pu poursuivre le sondage. L’indice de confiance numérique & santé 2014 représente donc la moyenne des notes attribuées par ces 636 répondants.

 

numérique, e santé, dmp, télémédecine, baromètre