Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

La NLM, un service public planétaire

Par Jean-Pierre Thierry, MARDI 17 FéVRIER 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

DSIH Magazine n°14 vous propose un coup de projecteur sur la National Library of Medicine, organisation qui occupe une place centrale dans la diffusion des connaissances en santé (1). dsih.fr vous apporte ici quelques compléments d’information.

MedlinePlus

La NLM présente l’originalité de voir ses services utilisés par les professionnels de santé – et les citoyens – du monde entier.

MedlinePlus est en effet une version du site de la NLM réservée au grand public, qui offre un accès à une information médicale de qualité, mais rendue particulièrement compréhensible par le plus grand nombre. Plus de 1 000 sujets sont abordés, la plupart en anglais, mais une part croissante du site est également disponible en espagnol. Le nombre de visiteurs unique est passé de 50 000 en 1998, année du lancement de MedlinePlus à plus de 80 millions aujourd’hui (chiffres de 2013, correspondant à plus de 220 millions de pages vues), 42% par des visiteurs des États-Unis, qui devancent l’Inde, le Royaume-Uni et le Mexique. Le site est classé numéro 259 au niveau international par Alexa et 161ème aux États-Unis.

Le séminaire de Bio-informatique de Woods Hole

La NLM est par ailleurs à l’origine de projets pédagogiques originaux destinés à faciliter la transition numérique du secteur de la santé.

Woods Hole  est une localité située au sud de Boston devant l’ile de Martha’s Vineyard et qui abrite un centre de recherche en biologie marine ayant donné deux prix Nobel aux États-Unis. C’est dans ce cadre que la NLM a organisé chaque année deux séminaires d’une durée d’une semaine entre 1992 et 2013. Ce cours est désormais organisé par une université de Géorgie. Le nombre de participants est limité à une trentaine et les enseignants en informatique de santé proviennent des meilleures universités américaines (les représentants de l’industrie ne sont pas conviés). Les participants sont invités tous frais payés par la NLM après une sélection sur dossier. Le séminaire réunit des professionnels de santé d’origine diversifiée, ce qui correspond à l’un des buts pédagogiques recherchés et au besoin d’interdisciplinarité. Au terme d’une semaine de cours, d’échanges et de travail en commun, les participants se voient décerner le titre de « fellow » du programme bio-informatique de la National Library of Medicine. De retour dans leurs institutions, les «fellows », médecins cliniciens, bibliothécaires, chercheurs, pharmaciens, paramédicaux, gestionnaires d’établissements ou encore fonctionnaires du secteur de la santé, se comporteront comme des « agents de changement » indispensables. Don Lindberg, le directeur de la NLM a rarement raté l’occasion de donner le discours d’ouverture et la première présentation du séminaire depuis sa création. On peut estimer qu’entre 1 000 et 1 200 professionnels ont ainsi pu contribuer à favoriser la transition numérique en santé en favorisant une approche multidisciplinaire indispensable.

 

En photo : Session de mai 2006 du séminaire de bio-informatique organisé par la NLM à Woods Hole. L’auteur de cet article est à ce jour le seul non-américain à y avoir été invité. Était également présent le médecin franco-américain James Goldberg.

(1) En page 14.

national, dsih, numérique