Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Les lois fondamentales de l’Univers

Cédric Cartau, LUNDI 02 MARS 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’univers est gouverné par des lois. La pomme tombe de l’arbre, l’alcool donne mal aux cheveux, le désordre a irrémédiablement tendance à augmenter et la vitesse de la lumière est une limite infranchissable – si l’on excepte cependant la remarque d’Einstein sur l’infinité de la bêtise humaine et de sa vitesse de propagation.

Certaines de ces lois relèvent des sciences dures : thermodynamique pour les sciences physiques, infinité des nombres premiers pour les mathématiques, principe de conservation de la matière en chimie. D’autres relèvent au contraire des sciences humaines ou molles : économie, sociologie, etc.

Il est de ces brèves qui nous rappellent que toute discipline obéit à des règles, dont on n’a pas forcément pris conscience avant qu’elles s’agitent sous nos yeux. Ainsi, cette semaine le webzine 01net annonce qu’en 2014, grosse surprise du côté des failles de sécurité : Apple et Linux ont totalisé chacun plus de faille de sécurité (plus de 200 chacun) que Microsoft (154).

Cela arrive au même moment où Microsoft est clairement dans l’ornière commerciale : critiques à répétitions sur Windows 8, échec de sa tablette Surface, absence de résultats probants côté smartphone – malgré le rachat de Nokia. Bref, il semblerait qu’il y ait deux nouvelles lois qui pourraient s’exprimer de la sorte :

Chiffre d’Affaire = Bugs
Chiffre d’affaire x Innovation = Constante

 Autrement dit :

  • le chiffre d’affaire de l’entreprise IT croit au même rythme que les bugs qu’elle produit ;
  • Les innovations décroissent à mesure que le chiffre d’affaire croit ;

Ainsi, ceux qui pensait que Microsoft était le diable et Apple le paradis en sont pour leurs frais. Idem ceux qui prônaient des iMAC à l’hôpital en arguant la stabilité et l’absence de bugs. Geek informaticiens, ingénieurs biomédicaux, services techniques : bienvenue sur Terre, les bugs sont inhérents à la chose informatique, Apple n'échappe pas plus que les autres à la règle.

microsoft