Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

L'ASINHPA : les « acteurs publics » des systèmes d’information de santé

Propos recueillis par Bruno Benque, MARDI 12 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

A une semaine des Salons de la Santé et de l’Autonomie (SSA), où plusieurs membres de l’association des structures d'informatique hospitalière publiques autonomes (ASINHPA) présenteront leurs nouveautés, DSIH a eu le plaisir de rencontrer Olivier Morice-Morand, le Président de l'ASINHPA, et par ailleurs Directeur Général du SIB, pour échanger sur deux sujets d’actualité et travaux de l’association : l’interopérabilité des Systèmes d’Information (SI) et la loi de modernisation du système de Santé.

DSIH: Pouvez-vous nous présenter en quelques mots l'ASINHPA ?
Olivier Morice-Morand : L’ASINHPA est une association qui regroupe depuis août 2000 la très grande majorité des structures publiques en informatique hospitalière. Ces structures ont pour métier l’édition et/ou la diffusion de logiciels, l’appui et le conseil aux établissements de santé, la formation et l’hébergement des systèmes d’information (SI) des établissements de santé qui en sont membres. Avec la loi HPST, les structures qui avaient encore le statut de syndicat interhospitalier sont devenues des GIP. Pour ma part, je préside l'association depuis septembre dernier et j’ai eu à cœur de continuer le travail de mon prédécesseur (NDLR : Hugues Dufey, DG du GIP CPage) sur l’interopérabilité des SI de Santé et les questions de sécurité des SI, la labellisation des éditeurs, etc.

DSIH: L’ASINHPA a particulièrement œuvré sur  le thème de l'interopérabilité, où en est la charte de coopération des bonnes pratiques BP6 ?
O.M-M. : L'enjeu de cette charte est d’améliorer les relations entre les prestataires et les donneurs d’ordre et de faire en sorte que la communication soit la plus parfaite possible entre les différents logiciels d'un même établissement dans le respect des standards et normes en vigueur. Cela est d’autant plus nécessaire dans le cadre d'une CHT ou d’un futur GHT, la loi de modernisation du système de Santé qui se trouve en ce moment en discussion au Sénat le stipule clairement. La charte BP6 engage donc l’ensemble des prestataires dont les éditeurs à adopter les normes IHE afin de ne pas perdre de données entre deux logiciels. Par exemple, CPage travaille activement sur ce sujet au CH de St-Dié et le SIB et Cpage ont déjà mis en place les flux bidirectionnels entre le Dossier Patient Informatisé Sillage et la GAM de CPage dans les centres hospitaliers de Lorient et de de Quimperlé. A ce sujet, plusieurs de nos membres participeront activement au Parcours sur l’interopérabilité des SSA le jeudi 21 mai piloté par l’association Interop’Santé.

DSIH: Vous évoquiez à l'instant le SIB, dont vous être le Directeur Général. Quels seront les thèmes phares sur votre stand aux SSA ?
O.M-M. : L’offre du SIB est riche, en termes d’applications métiers mais également de services et prestations mutualisées. L’édition 2015 des SSA et du HIT sera l'occasion pour nous de faire un focus particulier sur nos applications et services mobiles. Et ce, notamment avec l’application ePatient pour doter les établissements de santé de leur application mobile à destination de leurs patients. Lancé au printemps, nous présenterons le SIB Drive Santé un espace de stockage sécurisé pour les professionnels de santé, qui respecte le cadre réglementaire et est accessible en mobilité. Il y aura aussi évidemment les nouveautés de notre DPI Sillage : un nouvel accueil tactile utilisateur, un module de traitement de documents numérisés pour faciliter l'intégration et le rattachement des documents aux patients, l’identification des patients via la numérisation de leurs documents d’identité ou encore la première intégration avec des lunettes connectées.

sib , cpage, patient, dossier patient, dossier patient informatisé, hospitalière, dsih, logiciels, établissements de santé