Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Mobilisation pour l’innovation en santé

DSIH, DL, LUNDI 25 JANVIER 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les lauréats du Prix Blaise Pascal réunis autour de la ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, et du député Gérard Bapt, président du Groupe d’Etude Parlementaire Numérique et Santé.                                                                                                                                                                                              

Prix Blaise Pascal

Le grand public était au rendez-vous de la « Journée nationale de l’innovation en santé » organisée le week-end dernier à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à Paris. Lancé par la ministre des Affaires sociales et de la santé, il y a six mois, l’événement a agrégé un grand nombre d’expositions et de conférences, parmi lesquelles le colloque « Innovation technologique et Santé Publique » du Groupe d’Etude Parlementaire Numérique et Santé de l’Assemblée Nationale.

Le Groupe, présidé par le député Gérard Bapt, a en effet souhaité saisir l’occasion de cette journée pour mettre en avant des industriels et des établissements de santé engagés dans des innovations créatrices de valeur pour la santé publique (1). Invitée à remettre une partie des Prix Blaise Pascal qui récompensent les lauréats (photo ci-contre), Marisol Touraine a exprimé sa fierté à voir « la capacité de la France à inventer la médecine de demain » reconnue au plan international. La ministre revenait en effet de Davos où elle a pu mesurer, souligne-t-elle, l’intérêt des industriels pour investir en France et y développer des projets qui peuvent rayonner partout dans le monde.

Tester l’innovation

Avec son discours d’inauguration, elle a rappelé la finalité de cette journée : « offrir à tous les Français, petits et grands, connaisseurs ou non, la possibilité de voir de leurs yeux et de toucher de leurs mains la médecine du futur ». Sans oublier de souligner l’importance qu’il faut accorder à la place de l’usager, du futur utilisateur d’une innovation, celui qui décide finalement si elle répond à ses besoins ! « Pour les chercheurs et les porteurs de projets, cette journée, a-t-elle insisté, constitue une opportunité unique pour tester l’innovation auprès du grand public. Permettre à la société de s’en emparer, de l’accompagner, c’est lui donner toutes les chances de réussir. »

(1)  Ces actions sont développées dans le prochain DSIH Magazine, n°17, publié début février

numérique, gérard bapt , médecine