Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Prix VIDAL Hôpital, la prime au bon usage des médicaments

DSIH, DP, MARDI 02 FéVRIER 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Jeudi 28 janvier, à Paris, VIDAL remettait pour la deuxième année consécutive son prix VIDAL Hôpital. Quinze candidats postulaient, trois ont été récompensés, pour des solutions promouvant un meilleur usage des médicaments.

Cette deuxième édition du Prix VIDAL Hôpital portait sur la « stratégie thérapeutique et le bon usage des produits de santé en milieu hospitalier ». Elle illustre la volonté de VIDAL d’être au plus près des projets de terrain, comme l’a rappelé Vincent Bouvier, son PDG.

La première place revient à l’équipe lyonnaise du centre d’investigation clinique pédiatrique EPICIME des Hospices civils de Lyon. Pilotée par le Dr Kim An Nguyen, elle a mis au point une « méthode de détection active des effets indésirables médicamenteux (EIM) chez les enfants hospitalisés ». Ces derniers sont d’autant plus exposés que 50 % des médicaments à usage pédiatrique ne bénéficient d’aucune étude sur les effets indésirables. « On extrapole les informations des médicaments utilisés chez l’adulte, mais l’enfant n’est pas un adulte en miniature. La pharmacodynamique et la pharmacocinétique ne sont pas les mêmes », explique le Dr Nguyen. Cette application originale - intégrée au système d’information hospitalier (SIH) – facilite pour professionnels de santé la déclaration des EIM. Proactif, le système génère alors des alertes permettant de réduire ces effets indésirables, évalués à 10% chez les enfants.

Le deuxième prix couronne « la protocololisation et l’informatisation de la prescription post-opératoire d’anethésie », mise au point par une équipe du CHRU de Brest. Cette solution, développée dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire, également implémentée dans le SIH, renforce la coordination entre chirurgiens et anesthésistes. « Elle contribue à uniformiser les pratiques et sécuriser les prescriptions, en évitant les doublons d’antidouleurs et d’anticoagulants», indique le Dr David Cirotteau, promoteur du projet. Preuve du succès de la solution, 7 000 utilisateurs du CHU y ont déjà eu recours en 9 mois.

Le troisième et dernier prix a été remis au Dr Patrick Rambourg et au Pr Hubert Blain, tous deux du CHU de Montpellier, pour leur « mise en place et évaluation d’un programme visant à optimiser le bon usage des médicaments chez les sujets âgés à l’attention des prescripteurs et pharmaciens ». Il s’agit d’un guide papier pratique proposant aux prescripteurs – notamment les internes - des tableaux synthétiques avec les effets et risques des médicaments à usage des personnes âgées.

vidal, sih, chu