Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Info flash : un hôpital américain cible de hackers

Cédric Cartau, JEUDI 18 FéVRIER 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La nouvelle fait le tour de la presse spécialisée autant que des grands quotidiens, un hôpital de Los Angeles vient de subir une attaque de la part de hackers, qui réclamaient plus de 3M de dollars pour débloquer le SI. Au final, l'établissement affirme avoir déboursé 17 000 dollars pour remettre le SI en services.

Il s'agit d'une attaque en crypto-locker, qui crypte les fichiers et données des utilisateurs afin de les rendre inaccessibles. La lettre du CIO (http://hollywoodpresbyterian.com/default/assets/File/20160217%20Memo%20from%20the%20CEO%20v2.pdf) fait mention d'une atteinte à certains PC systèmes et à certains sous-systèmes de communication (comprendre EAI, passerelles d'interconnexion, etc.). Il semblerait (information non confirmée) que certains fichiers essentiels internes aux PC (par exemple les fichiers de paramétrage vers les bases de données, les fichiers locaux de mots de passe OS, eux-mêmes en principe déjà cryptés) aient été à leur tour ré-encryptés, rendant tout simplement la connexion à ces systèmes impossibles. Il semblerait également (toujours au conditionnel) que les fichiers bureautiques aient été atteints, mais pas les DB du dossier patient.

Les systèmes ont été remis en services et apparemment aucun incident à déplorer concernant la prise en charge médicale, ce qui est l'essentiel. Cela étant, cet incident entraîne plusieurs réflexions. Tout d'abord, nous n'avons au final que peu d'informations sur le détail techniques de l'attaque et de ses conséquences. Même le site de Zataz (www.zataz.com) est peu disert sur le sujet. Ensuite, il semble que tous les DSI et RSSI prennent bien garde à vérifier leurs sauvegardes (seule parade connue contre les crypto-locker zéro-day) mais en est-il de même pour les serveurs de sauvegardes eux-mêmes et les éléments techniques d'interconnexion ? Nul doute qu'un cryptage des fichiers locaux de connexions aux DB serait désastreux.

Enfin et surtout, ce ne sont pas les données de santé pour elles-même qui ont été ciblées (maigre consolation il est vrai), mais le SI vital dans le processus de fonctionnement d'une entreprise : là encore, c'est la Disponibilité qui pose le plus de soucis, pas la Confidentialité.

cedric@cartau.net