Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

La divulgation de données médicales dépasse le seul secteur de la santé

DSIH, DL, LUNDI 07 MARS 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Forte de la publication, depuis 2008, d’un rapport annuel qui analyse les violations de données (Data Breach Investigations Report), la société Verizon s’attaque désormais à la problématique des données médicales.

L’entreprise de télécoms vient de publier un rapport d’enquête basé sur l’analyse de 392 millions de dossiers et 1 931 incidents dans 25 pays, dont la France, sur une période de dix ans (2004-2014) (1). Malgré son caractère international, ce rapport fait tout de même une large part aux données d’origine américaine, qui représentent 87 % des incidents. Il souligne que le seul examen des données du ministère de la Santé américain montre que le phénomène a touché la moitié de la population depuis 2009.

L’analyse est consacrée à la divulgation de ce que ses auteurs définissent comme des « données médicales protégées » (PHI, Protected Health Information), c’est-à-dire des informations de santé attachées à un individu identifiable et couvertes par une législation protectrice. Ses conclusions révèlent en premier lieu que les acteurs du secteur de la santé ne sont pas les seuls concernés par la sécurité des données médicales puisque la quasi-totalité des domaines d’activité sont également visés. Les données médicales portent principalement sur les dossiers des salariés ou sur des renseignements communiqués dans le cadre de programmes d’amélioration du bien-être, deux sources de données qui ne sont pas nécessairement bien protégées, et qui comportent pourtant des informations confidentielles sensibles.

Trois causes contribuent à elles seules à 85 % des incidents : des équipements perdus ou volés (45 %), une utilisation abusive de droits d’accès (20 %) et des erreurs diverses, le plus souvent non intentionnelles (20 %). Les auteurs insistent sur le problème de la perte et du vol d’équipements, en rappelant qu’il s’agit non seulement d’un sujet récurrent mais qu’il leur apparaît comme le plus simple à résoudre : par le chiffrement.


(1)  http://www.verizonenterprise.com/resources/reports/rp_2015-protected-health-information-data-breach-report_en_xg.pdf 

data, health