Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

« La télémédecine répond à de vrais besoins. »

DSIH, LUNDI 21 MARS 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Fort de son expertise dans le secteur de la télésanté depuis plus de dix ans, le Dr Jean-Michel Souclier, directeur général de H2AD, explique comment sa société peut contribuer aux innovations organisationnelles (parcours de soins, télésurveillance) auxquelles se préparent les acteurs les plus divers, des établissements hospitaliers aux mutuelles et autres assureurs. Entretien.

Le marché de la télémédecine a considérablement évolué depuis 2004, date de la création de H2AD. Qu’est ce qui caractérise aujourd’hui la société dans ce nouvel environnement ?

JM Soulier H2ADL’étude annuelle de Berg Insight a classé H2AD parmi les 20 leaders mondiaux en matière de télémédecine pour ses solutions intégrées – plateforme médicalisée et dispositifs médicaux connectés. C’est une reconnaissance internationale de taille. En France, nous avons vu le marché se concentrer autour de deux types de structures : celles qui fabriquent des équipements et celles qui proposent des services. Compte tenu du caractère problématique de la solvabilité financière de ce marché, seuls les acteurs les plus solides peuvent résister. Dans ce contexte, l’appartenance de H2AD au groupe Asten Santé, qui se positionne comme l’un des principaux acteurs de la prestation de santé à domicile, favorise la confiance [1].
Les freins à l’entrée sont en effet importants. En premier lieu, il est indispensable de très bien connaître le secteur, son écosystème, les besoins exprimés par les professionnels, ce qui est notre cas. Il faut aussi de fortes ressources humaines et financières. Si l’on prend l’exemple de H2AD, nous avons investi dans dix médecins salariés à plein temps, un système d’information en Web services, avec accès après authentification forte et hébergement agréé de données de santé, sans oublier la transmission sécurisée de données collectées via des dispositifs médicaux.

L’effervescence que l’on observe actuellement dans les activités de télésanté et dans le monde des applis ou des objets connectés de santé constitue-t-elle un moteur pour la télémédecine ?

Il est nécessaire de faire la part entre les effets d’annonce médiatiques et les vrais besoins auxquels la télémédecine va répondre, besoins que nous analysons depuis plus de dix ans. La sécurisation de la veille de nuit en Ehpad fait tout particulièrement partie des nouvelles organisations de permanence des soins souhaitées dans les territoires. Notre plateforme de télémédecine peut y apporter une valeur ajoutée incontestable[2]. À l’heure du virage ambulatoire prôné par les pouvoirs publics, il faudra également porter une grande attention à ce que nous appelons – de longue date – le retour à domicile sécurisé. C’est un dispositif éprouvé chez H2AD. Environ 3 000 patients en ont déjà bénéficié à l’issue d’une hospitalisation à l’hôpital gériatrique Les Magnolias, en Essonne[3], qui a été précurseur en la matière.
Pour ce qui est des objets connectés et de la télésurveillance à domicile, il ne faut pas perdre de vue que le recueil et – surtout – l’interprétation de données cliniques n’ont de sens que si elles sont analysées dans un contexte global. Elles peuvent alors donner lieu à des préconisations si elles sont mises en regard, par exemple, d’un dossier patient tenu à jour, comme nous avons pu le mettre en place sur notre plateforme.

Quelles sont les orientations actuelles de H2AD ?

Nous contribuons activement aux innovations organisationnelles mises en place par les acteurs les plus divers, des établissements hospitaliers aux mutuelles et autres assureurs, qui s’engagent tous, à des degrés divers, dans la transformation des prises en charge. Bien entendu, la notion de parcours de soins guide cette transformation. Nous y participons notamment dans le champ de l’évaluation des patients, du repérage des fragilités (troubles cognitifs, risques de chute, etc.), via l’utilisation de questionnaires administrés à domicile, sur tablette, et traités dans le cadre des observatoires auxquels nous prenons part.
Nous sommes également associés à des projets ambitieux concernant la surveillance de malades chroniques, tels que les insuffisants respiratoires ou cardiaques, qui devront faire l’objet de publications. Il s’agit de suivre l’état du patient et l’impact du coaching, de l’activité sportive ou de l’information diététique sur des données comme le poids ou la glycémie. Enfin, nous mettons nos services à disposition de partenaires, en marque blanche.

À propos de H2AD

Créée en 2004, H2AD est une organisation médicalisée de télésanté et de télémédecine opérant sur le secteur de la perte d’autonomie, du maintien à domicile et du suivi à distance des maladies chroniques. Elle mutualise le savoir-faire en recherche et développement de ses 40 collaborateurs, ingénieurs et médecins, pour offrir une organisation et des solutions opérationnelles de télémédecine 24/7. L’expertise de H2AD permet d’acquérir, de traiter, de partager et d’héberger des données de santé 24 h/24 par un chaînage humain, logistique, médical et sécurisé, grâce à une plateforme médicalisée de régulation, de coordination et de conseils médicaux. H2AD est agréée « Hébergeur de données de santé à caractère personnel » par le ministère de la Santé.

http://www.h2ad.net/

Contact : Camille DESMOULIN – +33 (0)4 77 53 58 70/
rp-presse@h2ad.net   

http://www.astensante.com/

Contact : Véronique CHARGÉ – + 33 (0)2 28 07 39 85/
contact@anstensante.com


[1] http://www.dsih.fr/article/1633/les-ambitions-d-asten-sante-dans-la-telemedecine-avec-h2ad.html 

[2] http://www.dsih.fr/article/1529/teleregulation-en-ehpad-securite-assuree.html 

[3] http://www.dsih.fr/article/1395/aux-magnolias-la-teleconsultation-s-inscrit-dans-une-dynamique-d-innovation.html 

 

télémédecine, h2ad, dispositifs médicaux, insight, télésanté, hospitaliers, télésurveillance, dsih, données de santé, ehpad, patient