Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Hôpital numérique, la mutation en marche

DSIH, Bernard B, MARDI 24 MAI 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Hôpital numérique, le programme destiné à moderniser les systèmes d’information (SI) à l’hôpital doit être bouclé dans un an et demi. Franck Jolivaldt, chef du bureau SI à la Direction générale de l’offre des soins expose le bilan d’étape.

Fin 2011, la Direction générale de l’offre des soins (DGOS) au ministère de la Santé lance le programme Hôpital numérique. Tous les établissements de santé doivent arriver à maturité dans ce domaine. Franck Jolivaldt chef du bureau SI à la DGOS précise qu’il s’agit de « permettre une amélioration significative de la qualité et de la sécurité des soins ». Rappelons que 2016 marque la dernière année pour inscrire les projets au volet financement du programme. Fin 2017, les établissements doivent avoir atteint toutes leurs cibles.

400 millions d’euros ont été alloués au soutien des hôpitaux. 295 millions sont d’ores et déjà engagés, soit 74 % de l’enveloppe. L’année dernière, 93 millions d’euros ont été utilisés. Selon le dernier rapport d’Hôpital numérique, 600 établissements dans 23 régions sont déjà financés. Parmi le top 5 des régions financées (avant la réforme territoriale de 2015) figure l’ÎIe-de-France, suivie des régions Midi-Pyrénées (52), Pays de la Loire (50), Provence-Alpes-Côte d’azur (44) et Rhône-Alpes (38).

Un accompagnement dynamique des agences partenaires du programme

Tous les établissements engagés bénéficient du soutien des agences d’État. Ainsi, l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) aide à automatiser la production des indicateurs d’usage dans six domaines : résultats d’imagerie, biologie et anatomopathologie, Dossier patient informatisé (DPI) et interopérable, prescription électronique alimentant de plan de soins, programmation des ressources et agenda du patient et, enfin, pilotage médico-économique. L’Anap met également à disposition une plateforme interactive en ligne, www.monhopitalnumérique.fr. De surcroît, ses experts et ambassadeurs interviennent sur demande.

L’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip) a publié l’an passé un référentiel qualité Hôpital numérique. La certification aux industriels fournisseurs de solutions informatiques pour établissements de santé a ainsi pu être lancée.

La certification HAS, un levier d’intégration du programme au service de la qualité

La Haute Autorité de santé (HAS), quant à elle, a intégré des indicateurs Hôpital numérique dans la certification V2014 des établissements de santé.

Avec les trois quarts des cibles atteintes, un bilan positif

« Aujourd’hui, 80 % des 3 300 établissements français satisfont aux premiers prérequis relatifs à la sécurité et à la confidentialité des SI », se félicite Franck Jolivaldt. Dans les domaines fonctionnels, l’informatisation des résultats d’imagerie, de biologie et d’anatomopathologie ainsi que la prescription électronique alimentant le plan de soins ont été largement atteints. Mais en ce qui concerne le DPI, la gestion des ressources (avec notamment la planification partagée) et le pilotage médico-économique, de nombreux efforts restent à accomplir…

numérique, établissements de santé, patient, has, dgos, dpi, biologie, sécurité