Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Trois questions à Isabelle Burkhard, directrice de l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias

DSIH, MARDI 24 MAI 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Acteur moteur de la filière gériatrique en Essonne, l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias (HPGM) se montre régulièrement force de proposition dans l’évolution des pratiques et des organisations. Trois ans après le lancement de son programme TMG 91, sa directrice est convaincue des effets bénéfiques de la télémédecine sur l’offre et la qualité des soins.

burkhard Isabelle Burkhard : « La télémédecine est un formidable outil de diffusion de la culture gériatrique. »

Quels sont les résultats de l’expérimentation TMG 91 (Télémédecine en gériatrie dans l’Essonne) que vous avez lancée en octobre 2012 ?

L’activité de téléconsultation a beaucoup progressé en 2015. Au point que l’ARS d’Île-de-France a décidé de nous accorder une année supplémentaire de financement pour l’expérimentation, qui est donc prolongée jusqu’à fin 2016. Elle porte sur deux axes : l’accès aux soins spécialisés pour les résidents de six Ehpad[1] qui bénéficient de consultations à distance, programmées, et la permanence des soins, assurée par notre partenaire télémédecine H2AD,avec une télérégulation qui limite les passages inappropriés aux urgences. De nombreuses disciplines sont concernées (dermatologie, psychiatrie, neurologie, cardiologie…), mais nous avons surtout pu développer les évaluations gériatriques, réalisées à l’entrée d’un résident en Ehpad.

« La télémédecine participe à la structuration du parcours de la personne âgée. »

Quelle est la condition de cette réussite ?

Elle repose largement sur l’investissement du Dr Valérie Bourdinaud, responsable du pôle ambulatoire de l’HPGM, et de Sylvie Madrange, infirmière coordinatrice. Leur animation d’un comité de pilotage avec les directions d’Ehpad a réussi progressivement à sensibiliser les médecins coordonnateurs et les médecins traitants, prescripteurs des téléconsultations. Les enquêtes auprès des professionnels, des Ehpad et des familles montrent un niveau de satisfaction très satisfaisant. La qualité du service est appréciée, comme en témoignent les indicateurs des délais de prise de rendez-vous spécialisés (raccourcis) ou d’obtention des comptes rendus (le jour même !). Pour ce qui est des aspects techniques, tout fonctionne bien. Les utilisateurs ont simplement dû apprendre à discipliner leurs échanges : chacun doit parler à son tour ![2]

Quel intérêt voyez-vous, en tant que directrice d’établissement, au développement de la télémédecine ?

Deux valeurs fortes caractérisent l’HPGM : le maintien de l’autonomie et le bien-vieillir. Or nous avons pu constater que la télémédecine est un formidable outil de diffusion de la culture gériatrique auprès de tous les professionnels avec lesquels nous travaillons. Nous nous mobilisons par exemple depuis de nombreuses années sur la prévention de l’iatrogénie et des risques de surmédication. Grâce aux évaluations gériatriques, il est possible de partager les bonnes pratiques sans pour autant se substituer aux médecins traitants. De même, sur le champ des infections nosocomiales, nous pouvons envisager de transmettre l’expertise de notre équipe Hygiène à distance aux personnels des Ehpad. Autre exemple de partage d’expertise démarré en 2015 : la prise en charge de la douleur. Cet accompagnement explique d’ailleurs nos résultats et la très bonne perception de l’ARS à cet égard. Je suis également convaincue que la télémédecine offre un véritable outil d’organisation et de structuration du parcours de santé de la personne âgée tout en contribuant à renforcer l’offre de soins à l’échelle d’un territoire. C’est pourquoi j’espère vivement que l’assurance maladie prendra les décisions qui nous permettront de coter les actes de télémédecine et de transformer notre expérimentation en dispositif pérenne. Nous en aurons en tout cas une évaluation médico-économique en fin d’année.

À propos de H2AD

Créée en 2004, H2AD est une organisation médicalisée de télésanté et de télémédecine opérant sur le secteur de la perte d’autonomie, du maintien à domicile et du suivi à distance des maladies chroniques. Elle mutualise le savoir-faire en recherche et développement de ses 40 collaborateurs, ingénieurs et médecins, pour offrir une organisation et des solutions opérationnelles de télémédecine 24/7. L’expertise de H2AD permet d’acquérir, de traiter, de partager et d’héberger des données de santé 24 h/24 par un chaînage humain, logistique, médical et sécurisé, grâce à une plateforme médicalisée de régulation, de coordination et de conseils médicaux. H2AD est agréée « Hébergeur de données de santé à caractère personnel » par le ministère de la Santé.

http://www.h2ad.net/ 

Contact : Camille DESMOULIN – +33 (0)4 77 53 58 70 rp-presse@h2ad.net

[1] Notre-Dame d’Espérance (Milly-la-Forêt), Le Centenaire (Pussay), La Gentilhommière (Boussy-Saint-Antoine), Résidence de l’Orge (Saint-Germain-lès-Arpajon), Maison Geneviève-Laroque (Morangis), Les Tisserins (Évry).

[2] Chaque établissement s’est équipé d’une salle dédiée à la téléconsultation avec les installations nécessaires : accès visioconférence et triple écran où s’affichent la salle distante et les informations partagées du dossier patient.

télémédecine, ars, h2ad, médecins, ehpad, données de santé