Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Première nationale pour le déploiement des GHT (Communiqué)

Guillaume Deraedt, MERCREDI 25 MAI 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La CAIH met gratuitement à disposition de ses 637 établissements adhérents un outil des usages des systèmes d’information, de cartographie des infrastructures et des risques dans la perspective du déploiement des GHT.

DeraedtGuillaume Deraedt

Administrateur et président du comité technique de la ‎Centrale des Achats de l'Informatique Hospitalière

Responsable des achats nationaux Sécurité des Systèmes d’Information

Data protection officer du CHRU de Lille

La convergence technique des systèmes d’information médicaux, logistiques et administratifs dessinée par l’avènement des GHT (groupement hospitalier de territoire) suppose une phase hautement stratégique de cartographie concertée des fonctions et de leurs supports. La mise en place des GHT représente sans doute, dans le cadre de l’organisation de l’information médicale, une avancée aussi importante que le découpage du territoire en CHU en 1958. Pour autant une telle réforme, avec ses enjeux vitaux, techniques et financiers impose de savoir de quoi l’on parle avant que de pouvoir engager la réforme pour convaincre de vouloir l’appliquer.

GHT, la logique au service de nouveaux besoins

La loi de modernisation de santé votée définitivement en début 2016 instaure le concept de « groupement hospitalier de territoire ». Cette évidence fonctionnelle portée par les besoins et les usages (97% des patients adressent un professionnel de santé dans un rayon inférieur à 50 km) suppose une trajectoire opérationnelle qui va bouleverser « l’habitus hospitalicus » et au-delà si l’on inclut dans cette démarche stratégique les structures non hospitalières.

Il faut se rendre à l’évidence, n’en déplaise aux tenants du conservatisme, nous passons de l’accès aux soins aigus au monde de la prévention et de l’accompagnement des pathologies chroniques. Dans ce cadre, la technologie cède peu à peu le pas aux besoins de santé publique, aux usages pratiques et aux impératifs éthiques. Afin de conserver l’essence même - et les qualités - de notre modèle fondé sur la solidarité, le rapport Hubert-Martinau préconise une révolution des esprits et des comportements qui va nous apprendre à mieux travailler ensemble. Ces deux mousquetaires de la Santé vont peut-être réussir à convaincre, sans tambours ni trompettes, là où d’autres ont abandonné la modernité utile en rase campagne. 

Une réforme utile mais ambitieuse

Dans l’article L.6132-1 Titre II de la loi de modernisation de santé votée début 2016, « le groupement hospitalier de territoire a pour objet de permettre à ses membres la mise en œuvre d’une stratégie commune. Il assure la rationalisation des modes de gestion par une mise en commun de fonctions ou par des transferts d’activité entre établissements. Chaque groupement élabore un projet médical commun à l’ensemble de ses membres ». 

L’ambition de rationalisation des fonctions sanitaires territoriales est majeure et n’ira pas sans susciter des difficultés en termes juridiques, financiers et de leadership mais la première pierre est posée. C’est une pierre de taille. Il faudra faire converger les trajectoires de sécurité et les systèmes d’information patients, régler les répartitions des centres hébergeurs de données de santé. Toute mutualisation génère son lot de lutte pour ses acquis parfois éloigné de toute mission de service public mais c’est le prix à payer pour préserver la qualité de notre système de santé dans un monde en crise. 

La CAIH anticipe et accompagne le mouvement systémique

Anticipant le changement que la logique et la contrainte appelaient de leurs vœux, la CAIH (Centrale d’achat de l’Informatique Hospitalière) annonce la mise à disposition gratuite d’un outil mutualiste de cartographie numérique. Cet outil, porté de concert par la FHF, la FEHAP, l’EFS (Etablissements français du Sang), UniCancer et UniHA), bénéficiera aux 637 établissements adhérents (450.000 postes de travail) et n’en doutons pas à bien d’autres dans un proche avenir.

L’objet de cette initiative est de pouvoir déterminer avec précision toutes les fonctions critiques des systèmes d’information afin d’éviter les accidents d’interopérabilité et des redondances financières inutiles.

Ainsi, cet outil permet avant la phase de convergence des GHT, la vérification irréfutable de :

  • la vérification de la conformité de la sécurité des systèmes
  • l’application du patch management
  • la conformité des licences (en nombre et en qualité)
  • la performance des réseaux
  • les droits d’usages
  • l’appréciation de la montée en charge des applications en fonction des infrastructures
  • la détection d’événements indésirables et de signaux faibles
  • la valeur d’usage des fonctions (taux d’utilisation d’applications)
  • le comportement inadéquats des postes de travail

Par ailleurs, grâce à cet outil, et sur la base du règlement européen, les établissements ayant acquis des licences logicielles surnuméraires pourront les céder gratuitement à des structures tierces comme autant d’économies réalisées. 

Enfin, la maintenance des infrastructures et des systèmes logiciels pourra être mutualisée via une bourse d’échanges permettant aux établissements de comparer les prix consentis par les industriels, de négocier en toute transparence et en position de force par rapport à certains abus pour ne pas dire à des abus certains.

Le système mis en place repose selon des modalités de services managés, à la fois mutualisés et sur mesure en fonction des tailles et des besoins des établissements. C’est donc l’alliance de la communauté de besoins et de la souplesse d’usages qui est mise en avant au bénéfice de tous.

L’aboutissement de négociations de plus de trois ans a permis l’accouchement d’une avancée vers plus d’efficience pour plus de solidarité en Santé Publique. C’est un exemple frappant de l’utilité du numérique au service des patients pour que plus d’efficacité et plus de rationalité bénéficient à plus de citoyens. 


Lire le dossier de une DSIH N°18, mail 2016, consacré aux achats mutilisés.

hospitalier, sécurité, numérique