Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Grande enquête sur l’information médicale en France

DSIH, Bruno Benque, MARDI 14 JUIN 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La bonne information, au bon endroit, au bon moment. La démarche semble évidente d’autant que les DPI ont pris place dans les établissements de santé. Pourtant, au vu de certaines études*, les médecins passent beaucoup de temps à rechercher les informations médicales liées à leurs patients. Et l’impact est à la fois humain, médical et financier. Peu de données existent actuellement en France pour mesurer cet impact. Une enquête Les Échos Études-Nuance auprès des établissements de santé français se propose d’apporter des éléments de réflexion.

PIC_PHYSICIANUne enquête exclusive est actuellement menée par Les Échos Études et Nuance auprès des établissements publics et privés pour évaluer l’impact de l’information médicale, de sa création jusqu’à sa valorisation en passant par sa capture, sur le quotidien des médecins, la qualité des soins et la performance des établissements.

25 000 euros par médecin et par an au Royaume-Uni pour rechercher des données

Les médecins britanniques passent 52 minutes par jour à chercher de l’information. Celle-ci est soit manquante soit incomplète, ce qui conduit les praticiens à rechercher des données pour pouvoir traiter les dossiers de leurs patients et les prendre en charge. Et cela équivaut à environ 25 000 euros par médecin et par an. Les études conduites en Allemagne et aux États-Unis* rapportent des données analogues. En France, les données sont inexistantes sur la relation entre la qualité/disponibilité des données médicales et la performance des établissements de santé.

Les établissements français interrogés par Les Échos Études et Nuance

Comment les données patients sont-elles capturées ? Combien de temps les médecins passent-ils à produire, traiter, rechercher ces informations ? Celles-ci peuvent-elles être facilement partagées dans un établissement comme au sein d’un territoire de santé, notamment dans le cadre des Groupements hospitaliers de territoire ? L’information médicale est-elle suffisamment bien renseignée pour permettre un codage efficient ?… « Les réponses des établissements interrogés permettront d’établir une meilleure compréhension de l’impact de l’information médicale sur les enjeux organisationnels et financiers des établissements de santé et les défis auxquels ils devront faire face », souligne Hélène Charrondière, responsable du pôle Santé des Échos Études.

Les défis de l’information médicale en France

L’information patients est évidemment au cœur des processus, les données étant constamment mises à jour selon les diagnostics, les plannings de soins, les soins eux-mêmes, etc. La mise en place des Dossiers patients informatisés contribue certainement à améliorer les processus et à favoriser la fiabilité et le partage des données patients entre différents professionnels de santé dans une logique d’amélioration de la sécurité et de la qualité des soins. D’ailleurs, sur les 2 689 établissements français interrogés par la DGOS (Atlas 2015 des SIH), 63 % déclarent avoir achevé leur projet d’informatisation des dossiers patients. Les résultats de l’enquête menée par Les Échos Études pour le compte de Nuance devraient apporter un éclairage inédit sur la façon dont les médecins, les directions générales, les DIM et les DSI évaluent les enjeux de l’information médicale dans un contexte de digitalisation croissante, d’exigences en termes de qualité des soins toujours plus grandes et de nouvelles règles de coopération territoriales.

Les résultats de l’enquête Les Échos Études-Nuance seront dévoilés mi-septembre.

Pour en savoir plus sur l’enquête Les Échos Études-Nuance et recevoir le rapport, cliquez ici.

* Études menées par Nuance en 2014 et 2015.

établissements de santé, médecins, nuance healthcare, dpi, informations médicales