Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Parcours patient connecté : où en sont les cliniques ?

DSIH, @lehalle, MARDI 10 JANVIER 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour les établissements privés, les services numériques apparaissent de plus en plus comme des moteurs d’attractivité et de personnalisation des parcours patients à l’heure où la prise en charge en ambulatoire a vocation à se développer. DSIH revient, avec ce dossier, sur quelques innovations remarquables annoncées en 2016, à commencer par celle du lauréat des derniers Trophées de la FHP, Vivalto Santé, primé pour ses innovations ChimiOrale et Vivalto Life.

FHP Trophees

1. Vivalto Santé connecte les patients sous chimiothérapie orale à domicile

À l’occasion des 9es Trophées de l’hospitalisation privée, le groupe Vivalto Santé a été distingué, le 9 décembre dernier, catégorie « Innovation et santé connectée », pour ses deux programmes destinés à mieux accompagner les patients avant et pendant leurs traitements de chimiothérapie orale : le serious game ChimiOrale et la plateforme Vivalto Life.

Établir un lien continu

Le programme ChimiOrale a été développé au Centre hospitalier privé (CHP) de l’Europe (au Port-Marly, dans les Yvelines), avec le concours financier de l’industriel Roche, en soutien à l’éducation thérapeutique. Présenté au patient, lors de la consultation d’annonce, par l’infirmière coordinatrice en éducation thérapeutique, le jeu sérieux aide à évaluer sa compréhension des informations concernant sa pathologie, son traitement et son parcours de soins. Couplé à la plateforme Vivalto Life, où sont collectées les réponses, il facilite la construction de séances d’éducation thérapeutique personnalisées.

Une fois le traitement commencé, à domicile, le jeu offre un mode « découverte » via lequel il fournit des informations sur tout ce qui peut préoccuper le patient. Il adopte la représentation d’une ville en 3D dans laquelle le patient clique par exemple sur une maison (pour s’informer sur les effets secondaires), un hôpital (à propos des acteurs et des étapes de son parcours) ou encore un bateau (conseils pour les voyages), etc.

Si le premier objectif du dispositif est d’optimiser l’observance et le suivi, le projet vise aussi à améliorer la coordination des professionnels de santé autour du patient, à raccourcir le délai de prise en charge et, bien sûr, à établir un lien continu entre les professionnels et le patient, permettant à la fois de diminuer l’anxiété de ce dernier et d’améliorer la réactivité en cas d’effets secondaires. 

Changer les organisations

La plateforme a d’ailleurs vocation à constituer un lien entre les différents acteurs, hospitaliers et de ville, identifiés par le patient. Elle centralise toutes les informations (documents, fiches d’information, questionnaires, etc.) accessibles en temps réel et permet de collecter des indicateurs (profils patients, qualité de vie, etc.) que le comité scientifique du CHP de l’Europe a élaborés afin d’ajuster les soins.

Ce « parcours numérique » lancé en juin dernier a été testé auprès d’une centaine de patients qui ont contribué à le faire évoluer. Il doit être déployé courant 2017 dans de nouveaux établissements comme la clinique Pasteur-Lanroze à Brest, le CHP Saint-Grégoire à Rennes, les cliniques Côte d’Émeraude à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et Sainte-Marie à Osny (Val-d’Oise)… « Ce qui prend le plus de temps, c’est de changer les organisations », observe Marie-Pascale Chague, directrice Innovation du groupe.

L’enjeu est en tout cas bien identifié pour les cliniques Vivalto. Il s’agit d’attirer davantage de patients pour compenser la perte attendue de chiffre d’affaires en anticipant que la moitié des séances de chimiothérapie devraient être réalisées à domicile en 2020…


Sur la photo, de gauche à droite : Sandra Éclancher, infirmière coordinatrice en éducation thérapeutique du Centre hospitalier de l’Europe, Marie-Pascale Chague, directrice Innovation du groupe Vivalto Santé, le Dr Bernard Michel, directeur de la clinique Les Jardins de Sophia (nominé aux 9es Trophées), le Dr Nathalie Michel, docteur en neurosciences aux Jardins de Sophia, le Dr Ludmilla Ribière, oncologue au Centre hospitalier de l’Europe, Lamine Gharbi, président de la FHP, Pierre Knoché, directeur général Elior Santé (partenaire FHP), Gilles Rafin, président d’Elior Services, Sophie Martinon, directrice générale de l’Anap (présidente du jury des Trophées Innovation).

Crédit photo : Cocktail Santé

patient, cliniques, fhp, parcours, ambulatoire, thérapeutique, hospitalier, chimiothérapie, clinique, directeur


VIDAL