Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Parcours patient connecté : où en sont les cliniques ? (3e volet)

DSIH, @lehalle, MARDI 24 JANVIER 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour les établissements privés, les services numériques apparaissent de plus en plus comme des moteurs d’attractivité et de personnalisation des parcours patients à l’heure où la prise en charge en ambulatoire a vocation à se développer. Avec ce dossier, DSIH vous présente quelques retours d’expérience en matière de numérisation du parcours patient, à l’instar de l’organisation adoptée début 2015 par la Polyclinique Saint-Roch, à Montpellier.

Une « tour de contrôle » digitalisée pour superviser l’ambulatoire

Jusqu’à 150 patients sont pris en charge chaque jour en ambulatoire à la Polyclinique Saint-Roch de Montpellier. « Ce qui signifierait 300 appels infirmiers quotidiens en additionnant les appels à J-1 et à J+1, compte Thierry Delande, responsable des services administratifs. Nous n’arrivions plus à les assumer. C’est pourquoi nous avons choisi une solution numérique[1] qui nous permet de les canaliser et de gérer le flux des patients. »
« Elle consiste, explique Pierre Maurette, directeur de l’établissement, à substituer aux check-lists gérées manuellement, par une infirmière qui téléphonait au patient, une check-list qu’il remplit lui-même et qui permet de vérifier s’il a accompli toutes les étapes nécessaires avant son intervention. »
Lors de la consultation de pré-anesthésie, le patient est donc informé qu’il sera suivi avec l’aide d’une application qu’il peut utiliser sur smartphone, tablette ou ordinateur. À J-1, il reçoit ses codes d’accès par SMS, renseigne son questionnaire préopératoire de dix questions en ligne et confirme sa venue. Son horaire précis de convocation lui est ensuite transmis. Le lendemain matin de l’opération, il reçoit un SMS qui l’invite à renseigner un nouveau questionnaire. S’il ne l’a pas rempli avant 11 heures ou si son état génère une alerte, il est rappelé par une des infirmières présente la veille, lors de son opération.

Focalisés sur les soins

Premiers résultats de la nouvelle organisation, qualifiée de « tour de contrôle » par l’équipe d’infirmières et de secrétaires médicales : en préopératoire, il n’est plus nécessaire d’appeler la totalité des patients mais 20 % d’entre eux seulement, tandis qu’en postopératoire, il faut garder le contact téléphonique avec un sur deux environ.
« L’équipe est focalisée sur les soins », se félicite l’établissement, qui constate en outre n’être plus confronté à des annulations le jour de l’intervention, ce qui lui permet de tenir ses plannings. 
Côté patients, la satisfaction est également au rendez-vous car cette organisation participe à leur sérénité. Le directeur de la structure observe que « l’applicatif est bien utilisé. Et s’il subsiste quelques difficultés, il y a toujours quelqu’un dans l’entourage du patient pour le guider ».
La polyclinique relève deux conditions à ce succès : former les infirmières du service de prise en charge en ambulatoire à la polyvalence, développer des moyens d’information pédagogiques auprès du patient (affichage en salle d’attente, vidéos). Mais les avancées sont telles qu’elle souhaite maintenant aller plus loin en intégrant à ce suivi digital, dans un premier temps, les interventions non programmées, sur le volet postopératoire, puis tous les patients en hospitalisation complète.

 


[1] Il s’agit de Sovinty, http://www.sovinty.com/accueil/chirurgie-ambulatoire/ 

patient, cliniques, ambulatoire, parcours patient