Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Ça ne rigole pas à la CNIL… anglaise

Cédric Cartau, LUNDI 06 MARS 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le magazine Zataz a récemment rendu compte[1] d’une fuite de données au sein de l’hôpital public de Londres. La CNIL anglaise (ICO) vient en effet d’infliger une amende de 200 000 livres sterling à une société informatique indienne (HCA) qui envoyait des comptes rendus médicaux dictés sous un format non chiffré, directement sur Internet.    

Il s’agissait vraisemblablement d’une prestation d’externalisation de frappe de comptes rendus médicaux, même si l’article de Zataz ne le précise pas. Il semble que des patients aient retrouvé des CR les concernant sur le Net, et, de fil en aiguille, l’ICO a pu identifier la fuite comme provenant du prestataire en question.

Une prune de 200 000 livres, ça doit légèrement piquer les yeux du PDG de la boîte, tout ça pour ne pas avoir coché la case « https » ou « TLS » sur les serveurs d’échange : cela fait cher du clic.

Ils sont vraiment nuls outre-Manche : ils feraient bien de venir voir comment cela se passe chez nous. Pas un seul hôpital ou clinique qui envoie des données en clair sur le Net, pas une seule externalisation de frappe de documents médicaux nominatifs par des petites mains en Tunisie ou au Maroc, pas un seul prestataire interne de l’établissement qui ait accès au dossier médical full version des patients.

La preuve : chez nous, la CNIL n’a jamais condamné personne pour ce genre de bidouille !


[1] http://www.zataz.com/fuite-de-donnees-200-000-damende-specialiste-prive-de-sante/#axzz4aFde3F55 

cnil