Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Les technologies de santé plébiscitées… mais sous-exploitées

DSIH, Damien Dubois, MARDI 10 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour la deuxième année consécutive, Philips sort son index sur le futur de notre santé. Cette étude réalisée dans 19 pays révèle un écart considérable entre la perception et la réalité (1) de la performance des systèmes de santé internationaux, notamment dans l’intégration des technologies de santé connectées.

La technologie connectée et le partage des données permettent aux acteurs du parcours de soins et aux patients de travailler de manière coordonnée pour optimiser l’aide à la décision et la gestion de la santé. Les bénéfices s’observent aussi bien dans le domaine du diagnostic que dans ceux des soins à domicile et de la gestion des maladies chroniques.

Le Future Health Index, présenté par Philips en septembre, s’appuie sur des données de 33 000 participants dans 19 pays et sur les recommandations d’organisations internationales universitaires à but non lucratif de premier plan.

Un plébiscite

D’après l’index, huit Français sur dix confrontés à des maladies chroniques aimeraient un meilleur accompagnement dans la gestion de leur santé à domicile. Ils comptent sur l’industrie pour développer des solutions de santé connectées à domicile pertinentes.

Les technologies de santé connectées représentent donc l’un des leviers qui permettraient de déverrouiller le système de santé. En effet, 56 % des Français interrogés estiment que les soins de santé connectés sont importants pour améliorer la santé générale de la population. 85 % des professionnels de santé sont quant à eux convaincus de l’utilité d’accéder à distance aux données de santé de leurs patients. 

Une sous-utilisation

Ces innovations technologiques demeurent néanmoins mal exploitées. 39 % des Français attendent davantage de recommandations du corps médical sur les soins de santé connectés. De leur côté, 36 % des professionnels de santé attendent plus de formation sur les soins de santé connectés. Cette réalité n’est d’ailleurs pas la même dans les 19 pays étudiés. L’index classe la France comme l’un des cinq pays (sur les 19 étudiés) les moins efficients.

Écart de perception

L’étude démontre que les professionnels de santé et les patients interrogés ont tendance à percevoir les systèmes comme mieux intégrés qu’ils ne le sont réellement en pratique. Les grands défis actuels de la santé tels que le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques amènent à construire un système de santé centré sur le patient, constitué de nouveaux services et modèles économiques, garantissant des soins de qualité adaptés à chacun et au meilleur coût.Philips en conclut qu’il est nécessaire de se concentrer davantage sur les soins préventifs et de mieux intégrer des parcours de soins trop éclatés qui peuvent constituer une perte de chance pour les patients, en étant présent à toutes les étapes du continuum de santé et de soins.

(1) https://www.futurehealthindex.com/report/2017/chapter/1137/the-future-health-index/ 

philips, health