Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

GHT… et après ?

En direct des 6èmes journées du MiPih, Biarritz, JEUDI 30 NOVEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Afin de dresser un état des lieux à l’ « An II des GHT(1) », le MiPih a réuni une première assemblée plénière, le 29 novembre(2), qui a permis d’identifier les points de consensus entre les principaux acteurs, mais aussi les difficultés qu’ils continuent de rencontrer.     

Clémence Mainpin, chef de projet GHT à la DGOS(3), a bien résumé l’état d’esprit général en soulignant que l’on se trouve sans doute à un moment délicat : alors que beaucoup d’énergie a été dépensée, sans que l’on en voit encore les premiers résultats, on se pose déjà la question du GHT dans son environnement et de ce que sera « l’outil d’après ».

Rassurant : pouvoirs publics, hospitaliers et libéraux s’entendent sur le sens à donner à ces coopérations, dont Clémence Mainpin rappelle qu’elles doivent conduire à la prise de conscience d’une « responsabilité populationnelle » des uns et des autres sur les territoires.
Le Dr Jean-Louis Bensoussan, vice-président de l’URPS(4) Médecins d’Occitanie, et Christophe Gauthier, directeur général des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, se sont montrés en phase pour que ville et hôpital se donnent rendez-vous afin de construire, ensemble, des projets médicaux qui tiennent compte des trajectoires réelles des patients ; en clair, des filières qui n’oublient pas que le patient a une vie avant, après ou hors de l’hôpital !

Malgré cette bonne volonté, cette approche ne sera peut-être pas si simple à réaliser, faute d’outils de pilotage, avertit le Dr Pierre Aubas, DIM au CHU de Montpellier. Il a en effet relevé le fait que les responsables de l’information médicale ont vu les projets médicaux partagés « de loin ».
« Or le GHT se retourne maintenant vers eux », demandeur de données… auxquelles ils n’ont pas forcément accès, alors qu’elles permettraient « de chaîner les trajectoires des patients », regrette le DIM de GHT.

« Si l’on a une vision seulement publique, on passera à côté de cette réforme », prévient-il. Les participants à cette table ronde donnaient en tout cas le sentiment de partager cette analyse. Les GHT sont à peine en place qu’il faut anticiper la suite. Bon signe !

Dominique Lehalle


(1) Groupements hospitaliers de territoire
(2) A l’occasion des 6e Journées, à Biarritz
(3) Direction générale de l’offre de soins
(4) Union régionale des professionnels de santé

mipih, dim, hospitaliers