Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Orange + Enovacom : un coup d’accélérateur pour l’e-santé

DSIH,@lehalle, MARDI 20 FéVRIER 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Après l’annonce, début février, de l’accord d’acquisition d’Enovacom par Orange Business Services (OBS)1, Laurent Frigara, directeur général de la société d’édition de logiciels, et Élie Lobel, directeur d’Orange Healthcare, la filiale d’OBS qui va intégrer le spécialiste de l’interopérabilité, exposent leurs projets et leurs points forts pour les lecteurs de dsih.fr.  

Cela fait dix ans qu’Enovacom et Orange Healthcare travaillent ensemble. Un partenariat qui s’est renforcé il y a près d’un an : lors d’une conférence de presse, en mars 2017, Orange Healthcare annonçait la mise en place d’un « catalogue commun » avec Enovacom en nourrissant l’ambition « d’aller plus loin dans leurs propositions pour les GHT2 ».

Quand on leur demande aujourd’hui quelle référence commune ils mettraient en « vitrine », Laurent Frigara et Élie Lobel pensent d’emblée au Service de santé des armées pour lequel les deux entreprises ont déployé infrastructure d’hébergement de données de santé et messagerie sécurisée. Mais ils laissent entendre que quelques dossiers d’appels d’offres en cours pourraient se traduire prochainement par de nouveaux chantiers de GHT.

Du flirt au mariage, les deux équipes – 140 personnes pour Enovacom et 60 chez Orange Healthcare – ont donc eu l’occasion de se côtoyer, et leurs directeurs ne doutent pas qu’il s’agit d’une belle alliance entre des entités fortes de valeurs identiques, avec une culture d’ingénieurs et de qualité de service.


Développement international

Pour ce qui est de leurs offres, le rapprochement fait sens dans la mesure où ils peuvent afficher des compétences complémentaires sans toutefois se couper d’une partie de leur marché. « Le positionnement neutre d’Enovacom lui permet de s’interfacer avec tous les acteurs », rappelle le communiqué de presse diffusé début février.

La première étape de l’assemblage va naturellement consister à exploiter les synergies commerciales, Orange Healthcare continuant à jouer le rôle d’un chef d’orchestre avec le support des diverses troupes d’OBS (dans la cybersécurité, le Cloud, etc.) et maintenant d’Enovacom. 

Mais les deux acteurs comptent bien aller plus loin.
« Nos deux motivations principales étaient, tout d’abord, de compléter notre offre avec des éléments que nous considérons comme clés pour la médecine dans les années à venir – le Cloud, les objets connectés, l’expérience patient – avant de consolider notre développement international, » indique Laurent Frigara. Il y est en effet encouragé par des succès récents, au Canada et en Suisse. « Mais cela demande du temps et des investissements », poursuit-il. Orange Business Services est, de son côté, présente dans 220 pays et montre aussi sa volonté de développement hors frontières.

Assisterait-on à la naissance d’un champion français de l’e-santé ?


(1) Lire le communiqué http://www.dsih.fr/article/2830/orange-business-services-renforce-son-leadership-dans-le-domaine-de-la-e-sante-avec-l-acquisition-d-enovacom.html 

(2) Groupements hospitaliers de territoire.

enovacom, directeur, orange healthcare, healthcare, logiciels, cloud