Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Cloud Clipboard : la nouvelle fonctionnalité Windows qui va mettre en péril la confidentialité de nos données

Charles Blanc-Rolin, LUNDI 14 MAI 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les utilisateurs « bêta testeurs » de Windows 10 participant au programme Windows Insider ont pu découvrir en avant-première, le 9 mai dernier, de nouvelles fonctionnalités dans la « Preview Build 17666 »publiée par Microsoft. Au-delà du thème « sombre » de l’explorateur de fichiers et de la possibilité de lancer des recherches Bing depuis le bloc-notes, une nouvelle fonctionnalité baptisée « Cloud Clipboard »a particulièrement attiré mon attention.

1. La synchronisation

clipboard_synchro

Bon, vous connaissez déjà OneDrive, le Cloud de Microsoft qui permet d’accéder à ses documents stockés en ligne depuis plusieurs terminaux. Cloud Clipboard, c’est « un peu » le même principe avec le contenu de votre presse-papier. J’ai beau savoir que pour être « efficace » en informatique, il faut parfois savoir être feignant, en partageant le contenu du presse-papier entre plusieurs appareils, il me semble que l’on pousse le vice un peu trop à l’extrême.

2. L’historisation

Au-delà de la fonction de synchronisation entre deux appareils, il est possible d’enregistrer en local un historique du presse-papier en activant l’option « Sauvegarder plusieurs éléments ».

clipboard_settings

Dès que l’option est activée, tout élément de moins de 100 Ko copié, coupé ou en capture d’écran est alors archivé sur le disque dur et accessible à n’importe quel moment à l’aide de la combinaison de touches Windows + V.

clipboard_history

3. Les dangers

L’activation de ces fonctionnalités remet totalement en cause l’utilisation du système.

L’historisation : en activant l’historisation du presse-papier, on déplace le contenu qui était jusque-là stocké en mémoire vive, donc rapidement effacé et « théoriquement » perdu lors de l’arrêt de la machine, vers le disque dur, ce qui veut dire qu’un attaquant peut potentiellement le récupérer.
Selon moi, le contenu du presse-papier est extrêmement sensible dans la mesure où il contient bien plus souvent qu’on ne le croit des informations confidentielles.
Si l’on prend pour exemple l’utilisation de l’excellent gestionnaire de mots de passe KeePass, lorsque l’on récupère un identifiant ou un mot de passe (sans utiliser la fonction d’autocomplétion), il est intégré au presse-papier afin de pouvoir le coller directement sans avoir à le saisir, puis supprimé de la mémoire vive automatiquement au bout de 15 secondes.
En activant l’historisation du presse-papier, le mot de passe stocké dans votre coffre-fort (un fichier chiffré) et transitant temporairement dans la mémoire vive se retrouve stocké sur le disque dur en clair ou déchiffré dès que votre session est ouverte.
La tâche des attaquants est ainsi grandement facilitée puisqu’ils n’ont plus à « monitorer » en temps réel le contenu du presse-papier stocké dans la RAM. Fonctionnalité d’ailleurs récemment implémentée par Benjamin Delpy dans son incontournable Mimikatz.

mimikatz_clipboard

La synchronisation : pire encore, en activant la synchronisation, tout ce qui passe par le presse-papier se retrouve sur le Cloud hébergé je ne sais où… Donc potentiellement des mots de passe, des informations confidentielles, pourquoi pas des données médicales, via des textes ou des captures d’écran, qui se retrouveront dans un datacenter non agréé ou certifié hébergeur de données de santé (HDS) : même si les datacenters Microsoft en France risquent prochainement d’être certifiés HDS, il n’y a que très peu de chances pour que le contenu des presse-papier y soit hébergé.

L’intégration de cette fonctionnalité dans la version stable est donc à surveiller de près…

confidentialité, microsoft, bloc, cloud, hébergé