Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Philips ou l’intelligence artificielle collaborative

DSIH, Pierre Derrouch, MARDI 15 MAI 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Aujourd’hui intégralement concentré sur la santé, le groupe Philips a récemment annoncé un plan quinquennal avec la création d’un centre d’expertise en intelligence artificielle entièrement dédié à l’imagerie médicale, à la génomique et au développement des start-up de la French Tech. Une avancée qui se fait aux côtés des cliniciens.

Intelligence artificielle

« Les professionnels de santé vont jouer un rôle fondamental dans l’expérimentation et l’entraînement des intelligences artificielles à des fins médicales dans des conditions réelles. Les données cliniques renseignées par les médecins sont des sources d’apprentissage permanentes des intelligences artificielles. » Voilà ce que l’on peut lire dans le rapport sur l’intelligence artificielle du mathématicien et député Cédric Villani, rendu public le 28 mars 2018(1). Philips n’a pas attendu ce rapport pour mettre en œuvre cette collaboration avec les cliniciens et les chercheurs. En témoigne son partenariat conclu en décembre 2015 pour une durée de 12 ans avec les Hospices civils de Lyon (HCL). Nom de code : GOPI, pour Gestion optimisée du parc d’imagerie.

Un partenariat unique

GOPIGOPI est né de la volonté des HCL de maintenir un niveau d’attractivité pour les radiologues, les chercheurs et les patients, tout en sécurisant le renouvellement d’un parc d’imagerie qui réalise environ 2 000 examens chaque jour. Ce partenariat unique en France pour un établissement de santé public couvre la gestion de 71 systèmes d’imagerie du parc de radiologie des HCL, de la maintenance au remplacement des équipements en passant par la formation des utilisateurs. En deux ans, 52 % des équipements ont déjà été renouvelés. « C’est considérable pour un parc en gestion », souligne Artémis Gasparian, directrice des partenariats stratégiques chez Philips France. « Philips a pu proposer aux HCL l’expérience acquise grâce à nos autres partenariats développés à travers le monde depuis plusieurs années », ajoute-t-elle. Le plus emblématique et le plus proche structurellement de GOPI est certainement celui qui a été noué en 2014 pour 14 ans avec l’Hôpital universitaire Karolinska, à Stockholm, en Suède.

Recherche et intelligence artificielle

En plus de la gestion du parc d’imagerie, GOPI comporte un volet recherche, impliquant étroitement les équipes de recherche clinique de Philips aux côtés des chercheurs lyonnais. « Une douzaine de projets axés sur les pathologies cardio-vasculaires – AVC et infarctus du myocarde – et l’oncologie sont en cours d’exécution », explique Vanessa Pauchard, directrice du programme GOPI chez Philips. Près d’un tiers de ces projets de recherche intègre de l’intelligence artificielle. « Nous développons des algorithmes à partir des données structurées transmises par les équipes d’experts des HCL », complète Vanessa Pauchard. « Tant sur le plan de la gestion du parc d’imagerie que sur le volet recherche, ce partenariat ambitieux crée de la valeur ajoutée pour les HCL comme pour Philips », se félicite Artémis Gasparian.

En savoir plus


(1) Donner un sens à l’intelligence artificielle, p. 198, https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf

philips, healthcare


VIDAL