Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

ZOOM GHT : La parole à Stéphane Bouchut, DSI du GHT Atlantique 17

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, LUNDI 03 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le GHT Atlantique 17, ce sont quatre établissements – le groupe hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, établissement support, et les centres hospitaliers de Rochefort, Marennes et Saint-Pierre-d’Oléron – dont Stéphane Bouchut pilote aujourd’hui la DSI. Il nous dévoile ce qui l’a conduit à ce poste et ce qu’il entend y réaliser.

Quelle est votre expérience professionnelle ?

Stephane BOUCHUTPendant 13 ans, j’ai occupé des fonctions allant de technicien informatique à responsable de service dans différents hôpitaux. Ces années m’ont conduit à m’intéresser aux activités des éditeurs, avant de rejoindre l’un d’entre eux durant neuf ans. Cette expérience m’a permis d’appréhender différentes tailles d’établissements aussi bien en tant que prestataire de services que de responsable de production.
J’ai ensuite occupé des postes de DSI dans différents établissements pendant cinq ans.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour occuper la fonction de DSI de GHT ?

Le challenge de DSI de GHT m’a intéressé par ses implications non seulement dans la mutualisation des établissements et des ressources, mais surtout des moyens techniques et humains. Avec un objectif : rendre un meilleur service aux utilisateurs par le biais d’une dynamique de projets techniques et humains destinée à améliorer la prise en charge des patients.

Quelles sont vos priorités de DSI de GHT ?

Il s’agit dans un premier temps de rationaliser et de mutualiser des moyens techniques pour permettre ensuite de mettre en place des solutions uniques au profit de nos utilisateurs.

Quelle est votre vision de la DSI de GHT pour les années à venir ?

Nous allons assister à une transformation des métiers vers la conduite et l’accompagnement des professionnels – et des patients – avec la mise en œuvre de projets innovants au sein des territoires de soins.
Les objets connectés vont aussi permettre aux patients de mieux se connaître et d’avoir accès à de nombreuses informations pour le suivi de leur santé.
La frontière biomédicale et informatique va de fait disparaître.

Quels obstacles (organisationnels, techniques, humains, financiers, etc.) pour mener à bien vos projets avez-vous identifiés ?

Les difficultés actuelles sont essentiellement liées aux financements des projets avec des établissements parties au GHT pour la plupart en contrat de retour à l’équilibre financier (Cref).

Sur quels leviers financiers comptez-vous vous appuyer ?

Les appels à projets des ARS, mais également Hop’en, qui succède au plan Hôpital numérique, sont actuellement les principaux leviers identifiés.

Qu’attendez-vous des fournisseurs pour réussir la convergence des SIH ?

Des propositions pour améliorer l’accompagnement et la prise en compte de la mutualisation des établissements parties, mais également du médico-social.

En un mot, comment définiriez vous la fonction de DSI de GHT ?

C’est une mission passionnante.

dsi, hospitalier, hospitaliers