Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Afib – Innover pour mieux soigner

DSIH, Damien Dubois, MARDI 02 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les 23es Journées d’ingénierie biomédicale de l’Afib se tiennent les 3, 4 et 5 octobre à La Rochelle sur le thème de l’innovation technique, biomédicale et organisationnelle. Interview de Marc Pommier, président de l’Afib.

DSIH : Sur quoi Les Journées 2018 vont-elles porter ?

Marc Pommier :« Innover pour mieux soigner », tel est le thème retenu. Pendant trois jours, les intervenants des Journées d’ingénierie biomédicale vont présenter les dernières innovations des plateaux techniques telles que la robotique et l’intégration des multimodalités ainsi que les nouvelles pratiques médicales qui en découlent.
L’innovation n’est pas que technologique. Elle touche également la prise en charge des patients, les organisations et nos outils. Ces Journées marquent toujours un élan de la communauté biomédicale qui se mobilise et se fédère.

DSIH : Quel est l’enjeu, une semaine après l’annonce du plan « Ma santé 2022 » ?

MP : Nous sommes en plein cœur de l’actualité avec ce plan et surtout son volet numérique. Notre public est au cœur des évolutions sociologiques, technologiques, géopolitiques et scientifiques. Nous conduisons des réflexions autour de la politique de territoire et des grands défis de l’hôpital de demain. Par exemple, comment concilier la nouvelle gouvernance des hôpitaux tout en maintenant l’élément fédérateur qu’est l’amélioration de la qualité des soins, l’efficience et la proximité ? Ou comment aborder le virage numérique avec ses implications en termes de traitement à distance, de télémédecine, de télé-expertise et de téléconsultation ? 
Un autre sujet important sera l’évolution de l’architecture de nos établissements pour permettre l’évolution de la prise en charge.

DSIH : Comment répondez-vous à ces questions ?

MP : De nombreuses solutions sont proposées aux professionnels de santé qui se trouvent donc confrontés à une offre morcelée, complexe. Nous travaillons sur la gestion de l’interopérabilité de l’ensemble de ces systèmes, sur les objets connectés au réseau, à l’hôpital, mais aussi chez les patients eux-mêmes, avec une prise en charge qui évolue vers le domicile et devient de moins en moins hospitalière.
Sur les GHT, nous avançons aussi sur le regroupement de nos plateaux techniques avec une mise en commun à l’échelle du territoire. Ces sujets seront abordés tout au long des Journées sous différentes formes, notamment dans nos ateliers de retour d’expériences, avec également plusieurs présentations sur les outils de pilotage de la performance et, naturellement, sur des techniques particulières de traitement, plus scientifiques.

DSIH :Et concernant les soins en conditions extrêmes ?

MP : En effet, l’année dernière à Dijon nous avons commencé à nous intéresser plus avant aux situations d’urgence et à l’univers peu exploré des soins en conditions extrêmes. Nous allons continuer à creuser ces questions. Comment prend-on en charge les patients en situation d’urgence ? Et, surtout, comment s’organise-t-on pour s’y préparer et les anticiper.

Toutes les informations sur les Journées de l’Afib

plateaux, numérique