Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

ZOOM GHT : La parole à Fabrice Cianni, DSI des GHT Plaine de France et 93 Est

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, MARDI 06 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Fabrice Cianni présente la particularité d’être DSI de deux GHT : le GHT Plaine de France, réunissant les centres hospitaliers de Saint-Denis et de Gonesse, et le GHT 93 Est, qui regroupe les centres hospitaliers intercommunaux Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois et André-Grégoire de Montreuil ainsi que le groupe hospitalier intercommunal Le Raincy-Montfermeil. Un ensemble à deux têtes avec un objectif commun : la convergence, rien que la convergence, toute la convergence.

Quelle est votre expérience professionnelle ?

Fabrice_Cianni_GHT_Plaine_de_France_-_GHT_93_EstJ’exerce depuis 15 ans comme RSI, puis DSI hospitalier. J’ai auparavant fait un passage par le privé, chez Vivendi où j’ai démarré comme auditeur financier, avant de devenir responsable informatique d’une filiale, puis au sein de BNP Paribas comme directeur de projet dans le domaine RH. J’ai également travaillé au CNRS comme chef de projet.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour occuper la fonction de DSI de GHT ?

Deux éléments m’ont amené à cette fonction : la nécessité de se regrouper du fait du peu de moyens consacrés par les centres hospitaliers aux systèmes d’information et le sentiment que les effets de la mutualisation seraient certes conséquents du point de vue financier, mais surtout en termes de sécurité et de qualité.

Quelles sont vos priorités ?

La convergence, afin d’améliorer la qualité et le nombre de personnes disponibles pour gérer les applications, constitue le chantier prioritaire. Nous comptons plus de 100 applications par établissement. L’idéal serait de les réduire au moins de moitié…

Quelle est votre vision de DSI à cinq ans ?

Le DSI de GHT sera le maître d’œuvre d’une convergence finalisée à 70 %, et on lui demandera bien sûr pourquoi il n’a pas atteint l’objectif de convergence global… Il commencera également à percevoir les effets bénéfiques de cette restructuration sur sa capacité à prendre en charge de nouveaux projets et l’amélioration notable de la qualité de service.

Et à dix ans ?

Le DSI de GHT sera un producteur de services à haute valeur ajoutée, concept qui n’est pas encore entré dans les mœurs. Il sera également un relais pour les réseaux ville-hôpital qui seront devenus prépondérants.

Quels obstacles (organisationnels, techniques, humains, financiers, etc.) à la réalisation de vos projets avez-vous identifiés ?

Les conflits d’intérêts constituent un écueil important, entre ceux qui ne trouvent pas leur place et ceux qui préfèrent « savonner la planche ». Il faut aussi faire avec la crainte de la centralisation et les attentes d’économies rapides, alors que la tâche est rude et la fusée lourde à faire décoller.
Enfin, il convient de prendre en considération l’intérêt des utilisateurs pour les nouveaux projets au détriment des projets de convergence.

Quels sont les facteurs de réussite ?

La dynamique enclenchée par le programme Hôpital numérique est un catalyseur de réussite. Tout comme le sont les chefs de service moteurs qui arrivent à travailler ensemble pour mener à bien un projet commun. Les directions générales, dès lors qu’elles sont partantes pour avancer ensemble, peuvent aussi être des facilitateurs. On peut également compter sur la mobilisation régionale.

Sur quels leviers financiers pouvez-vous vous appuyer ?

Les économies d’échelle sur l’investissement et la gestion constituent une source de financement. Nous pouvons également miser sur de nouveaux projets à valeur ajoutée rapide et sur les aides des tutelles.

Qu’attendez-vous des fournisseurs pour réussir la convergence des SIH ?

C’est difficile à dire dans la mesure où, comme leur chiffre d’affaires va reculer, ils ne seront pas toujours moteurs. Il faut trouver des solutions « gagnant-gagnant ». Certains fournisseurs vont être sacrifiés, d’autres vont se retrouver en situation de quasi-monopole. Il revient aux tutelles de veiller à ce dernier point.

En un mot, comment définiriez-vous la fonction de DSI de GHT ?

C’est avant tout un homme-orchestre.

dsi, hospitaliers, hospitalier