Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Direct : les 9èmes Journées des Adhérents du SIB, pour une stratégie d’alliance

Pierre Derrouch, en direct de Deauville, VENDREDI 05 AVRIL 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Depuis hier matin se déroulent les 9èmesjournées des adhérents du SIB, au Centre international de Deauville. Plus de 350 participants ont répondu présent à ce rendez-vous placé sous le signe de l’efficience du numérique dans la transformation de notre système de santé.

Journees_Adherents_SIB_2019

Si un vent frais s’était glissé dans les rues de Deauville, ce jeudi matin, c’était la convivialité qui régnait dans les travées de l’auditorium du Palais des congrès à l’ouverture des 9èmesjournées des adhérents du SIB. Dans ce lieu qui chaque année accueille le festival du cinéma américain, les journées du SIB sont elles aussi un temps du récit. Des récits, plus exactement, ceux racontés par les établissements de santé utilisateurs des solutions et services du SIB, sous forme de retours d’expérience. Ces journées sont également cette année le temps d’une histoire, celle du SIB lui-même qu’est venu rappeler Olivier Morice-Morand, directeur général du GIP qui a fusionné avec le GIP e-SIS. Le choix de Deauville, à mi-chemin entre la Bretagne et les Hauts-de-France, est à ce titre symbolique. Il signe le rapprochement des GIP breton et nordique. Après deux ans de travaux,  SIB et e-SIS ne font désormais plus qu’un.

Une logique d’intégration

Cette fusion des deux structures ouvre une nouvelle page de l’informatique hospitalière, avec la mise en commun de parcours jalonnés par les évolutions du système hospitalier et la structuration des systèmes d’information, et démarrés dans les années 70 avec les Centres régionaux d’informatique hospitalière, les CRIH. Cette nouvelle étape s’inscrit pleinement dans les desseins de la nouvelle loi de santé en discussion, et sa vision intégrative des GHT. Une approche qui pourrait décontenancer certains acteurs hospitaliers. Olivier Morice-Morand plaide pour un certain réalisme, mâtiné de sérénité. « Ne soyons pas surpris du chemin que nous fait emprunter le législateur. Le Québec comptait 920 établissements de santé voilà 35 ans. La dernière loi datant de janvier 2015 a regroupé les 184 établissements restants en 34 structures…». Et les GHT ont été pour le SIB source d’expansion sur le dossier patient, les plateformes d’échange et l’hébergement, l’hébergement des données de santé et l’intégration de nouveaux services à la clef tels qued la télémédecine et la dématérialisation.

L’union sacrée du service public

Qu’il s’agisse des GHT ou du rapprochement avec e-Sis, le directeur général du SIB y voit des opportunités de développement dans une logique d’alliance. Ainsi, le nouveau GIP qui réunit depuis le 1eravril plus de 300 collaborateurs entre Rennes et Lille s’ouvre à de nouveaux acteurs dont les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l’État. Les stratégies d’alliance, ce sont aussi les coopérations avec les autres partenaires historiques du SIB que sont les GIP. Et Olivier Morice-Morand de rappeler que « dans une période de concentration touchant de nombreux éditeurs privés, nous ne pouvons pas rester spectateurs de ce mouvement. Il nous faut sortir de notre isolement, agir ensemble et défendre notre conception du service public, de l’intérêt général, de l’économie sociale et solidaire.  […] Nous souhaitons que cette volonté d’alliance se concrétise avec les partenaires publics au sens large dont ceux au service de la santé tels C-Page, Mipih, PH7, SILPC, ou Symaris », a-t-il ajouter avant de lancer à l’assemblée : « À nous de jouer collectif ! ».

 

sib , numérique, sis, hospitalière, établissements de santé