Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

En direct des 9èmes Journées des Adhérents du SIB : le Groupe hospitalier Artois-Ternois choisit le DPI Sillage

Pierre Derrouch, en direct de Deauville, VENDREDI 05 AVRIL 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

C’est officiel. Ce vendredi 5 avril, à l’occasion des 9èmes journées des adhérents du SIB, le Groupe hospitalier Artois-Ternois et le SIB ont concrétisé l’adoption du DPI Sillage par le GHAT. Un choix stratégique qui engagent les deux parties. Entretien avec Pierre Bertrand, directeur général du GHAT, Olivier Morice-Morand, directeur général du SIB, et Hélène Deruddre, directrice numérique et marketing du GHAT.

Sillage_au_GHAT

Pourquoi le GHAT a-t-il fait le choix de Sillage pour renouveler son DPI ?

Pierre Bertrand : Ce choix répond à une double stratégie. Notre DPI précédent était devenu obsolète. Nous avions un fort besoin d’agilité auquel répond Sillage. Le DPI du SIB présente pour nous l’avantage de ne pas être une solution intégrative.
Par ailleurs, nous accueillons des internes provenant du CHU de Lille, lequel est déjà équipé de Sillage. C’est important pour l’efficacité du service rendu et le confort des internes que ces derniers puissent utiliser une solution dont ils sont déjà familiers. Cela est aussi vrai pour les praticiens, assistants ou praticiens hospitaliers, ayant un temps partagé entre différentes structures. Il est de bonne politique d’avoir une convergence du DPI à l’échelle du territoire.

Olivier Morice-Morand : Cette logique d’interconnexion qui fait la force de Sillage est inhérente au SIB. Depuis son origine, le GIP est inscrit dans une logique d’ouverture et de partenariat. La confiance que nous accorde le GHAT est une satisfaction pour le SIB qui équipe déjà le CHU de Lille et les centres hospitaliers de Boulogne et Maubeuge. Cela nous permet de renforcer notre présence dans le nord des Hauts-de-France. Elle fait également  écho à la fusion du SIB et d’E-sis, concrétisée le 1eravril.

Le GHAT a également confié au SIB l’hébergement des données du DPI. Pour quelle raison ?

Pierre Bertrand : L’hébergement des données de santé n’est pas notre activité principale. Le SIB, agréé HDS et en passe d’être certifié, nous permet de nous concentrer sur le soin.

Hélène Deruddre : Au CH d’Arras, nous nous heurtons aussi à l’impossibilité d’assurer un hébergement des données de santé pour les CH de Bapaume et du Ternois. Nous verrons peut-être ultérieurement, selon les évolutions législatives, s’il est possible d’intégrer l’hébergement des données de santé pour le GHAT.

Quel est le calendrier de déploiement du nouveau DPI ?

Hélène Deruddre : Nous démarrons la mise en œuvre technique sur le CH d’Arras, pour déployer en premier lieu la gestion de l’agenda et des rendez-vous d’ici l’automne 2019. Les premiers services seront équipés à partir du début de l’année 2020, avec un déploiement complet sur tout le CH d’ici la fin 2020. L’implantation du DPI dans les centres hospitaliers du Ternois et Bapaume se fera en 2021.

sib , dpi, hospitalier, numérique, hospitaliers, données de santé, chu