Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Lifen investit dans la coordination médicale

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, MARDI 18 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Lifen, plateforme de communication médicale permettant aux établissements de santé et aux praticiens libéraux d’échanger des données médicales, vient de boucler un tour de table de 20  millions d’euros. Une manne qui vise à mettre la technologie au service de la coordination médicale. Pourquoi ? Comment ? Entretien avec Franck Le Ouay, CEO de la start-up créée en 2015.

Les projets numériques se multiplient pour faciliter la coordination entre les professionnels de santé. Comment la plateforme Lifen se différencie-t-elle sur le sujet ? Quelle est votre stratégie pour améliorer cette coordination ?

FLO-LifenFace au constat d’un système de soins désorganisé, nous avons voulu proposer un outil permettant aux professionnels de santé de gagner du temps, d’améliorer le parcours patient et de faire des gains médico-économiques. Nous nous sommes particulièrement intéressés à l’échange des documents médicaux entre les acteurs du soin. Cette tâche administrative chronophage doit composer avec la multiplicité des logiciels utilisés dans les établissements, pas toujours interopérables et communiquant difficilement avec la ville. C’est pourquoi nous avons misé sur la simplicité avec une solution de communication médicale que nous voulons universelle.

En quoi cette solution est-elle universelle ?

Nous avons déterminé un point commun à tous les environnements, hospitaliers comme de ville : tous les documents produits peuvent être imprimés. De là est né notre projet d’imprimante virtuelle, intégrable à tout logiciel métier. Après avoir sélectionné l’imprimante Lifen dans l’un de ces logiciels, notre solution dotée d’un algorithme d’intelligence artificielle détermine le type de document et en extrait les informations clefs en temps réel (nom et adresse des destinataires, identité et date de naissance du patient). Puis, à l’aide de l’annuaire des praticiens régulièrement mis à jour, Lifen identifie le canal d’envoi le plus pertinent (MSSanté, Apicrypt, courrier postal, etc.).

Alors que les établissements de santé et leur DSI sont accaparés par les chantiers de décloisonnement de leur système d’information, votre solution a-t-elle été bien accueillie ?

Lifen est en pleine croissance. Plus de 60 hôpitaux dont six CHU ont déjà choisi notre solution qui permet de diviser les frais postaux par trois et fait gagner jusqu’à trois heures hebdomadaires de gestion administrative pour les envois de documents médicaux. Le flux de dossiers que nous gérons a été multiplié par dix en un an pour atteindre 400 000 documents mensuels. Nous poursuivons notre croissance avec un taux de 15 % d’acheminements supplémentaires par mois. En outre, notre solution peut rapidement être déployée, en deux ou trois jours pour de petits établissements, en deux semaines seulement pour des CHU, comme ce fut le cas à Angers, par exemple. Cette simplicité de mise en œuvre est un avantage pour les établissements de santé et les DSI.

À quels usages sont destinés les 20 millions d’euros levés auprès de Partech, Idinvest Partners et Majycc eSanté Invest ?

Une partie est dédiée aux recrutements nécessaires pour accompagner notre développement. D’ici à 2020, nous envisageons de doubler nos équipes qui comptent aujourd’hui 70 collaborateurs. Une autre partie va être consacrée à la R&D, pour enrichir la solution et répondre aux nouveaux usages des professionnels de santé. 

Plus d'informations : www.lifen.fr

établissements de santé, dsi, logiciels, patient