Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Sécurité >

Une enquête qui fait froid dans le dos…

DSIH, MARDI 05 FéVRIER 2013 Soyez le premier à réagir1 réactions

Actusoins publie une enquête sur la présence d’informations médicales nominatives sur le WEB, accessibles par de simples requêtes GOOGLE.

Vincent Trely
Faisant suite aux premières divulgations d’informations patients sur Internet en 2012 (affaire de Troyes), aux expériences de prise de contrôle à distance d’appareils biomédicaux (Melbourne 2012, Congrès du Mans décembre 2012), cette enquête met à jour les failles multiples et souvent incontrôlées de nos systèmes informatiques de santé.

Les besoins d’interconnexions, de communication entre acteurs des processus de soins, d’accessibilité des données par tout ou partie de la chaîne sont évidents, irréversibles et les experts techniques, publics et privés, doivent accélérer les opérations, pendant qu’il en est encore temps.

Les Systèmes d’Information de Santé sont secoués par les besoins légitimes de circulation de l’information (télémédecine, logiciels d’aide à la décision, bases de données multiples, échanges ville - hôpital…). La génération XY réclame à juste titre un usage « débridé » des technologies (BYOD, mobilité permanente…). Bref, le rouleau compresseur avance et l’organisation ordonnée de cette évolution défaille encore.

Gérard PELIKS, EADS CASSIDIAN, concluait l’une de ses dernières conférences par un adage chinois : « Les tuiles qui protègent de la pluie ont toutes été posées par beau temps ». L’enquête d’Actusoins est une alerte de plus, pas des moindres, qui doit conduire l’écosystème à accélérer les processus d’acculturation à la sécurité des systèmes d’informations et de mise en œuvre opérationnelle de politiques de sécurité (PGSSI) coordonnées et applicables à la totalité des acteurs du système de santé.

L’APSSIS milite pour une coordination nationale, déclinée au niveau régional par les ARS et les GCS IT, mise en œuvre par des RSSI soutenus, dans leurs aires de responsabilités publiques ou privées respectives. Les Communautés Hospitalières de Territoire (CHT) constituées ou en cours de constitution, sont une opportunité pour se doter de professionnels « mutualisés », pilotant la mise en œuvre des politiques de sécurité sur le terrain, en cohérence avec les SDSI territoriaux.

Les professionnels de santé ont une « culture sécurité » inhérente à leurs métiers. C’est un beau levier qu’il faut actionner sans tarder.

Vincent TRELY

Président de l’APSSIS

www.apssis.com

informations médicales, apssis, informations médicales, sécurité, sécurité, vincent trely


1 réaction(s) à l'article Une enquête qui fait froid dans le dos…

#2

Cette enquete a le mérite d exister, il conviendrait cependant de l'approfondir pour etre plus exhaustif .Cependant on ne peut etre étonné des détournements possibles, en raison de l absence de cohérence, de régulation et de politique de gestion des données de santé en FRANCE.
Ceci ne pet que croitre sauf si le ministere mets enfin en place une politique des SI santé en prenant soin d eviter de tomber ds le panneau de l internet à tout "vent" comme on voulait le faire avec le DMP(en échec), et maintenant les SAMU sans oublier les SI hospi tres per sécurisé. D SOLARET


Message posté par leinade2003 (Déconnecté) le jeudi 07 février 2013 à 08:56:36 en réponse au message n°#1 REPONDRE