Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Territoires >

Les technologies à elles seules ne suffiront pas à relever le défi auquel est confronté le système de santé français

DSIH, JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

DMP, référentiels d’interopérabilité, PACS mutualisés, cloud computing… Les avancées technologiques - en cours ou en émergence - ne manqueront pas de jalonner l’année 2011. Il nous semble néanmoins que les technologies à elles seules ne suffiront pas à relever le défi auquel est confronté le système de santé français : le contexte économique et organisationnel en évolution significative (contraintes budgétaires, démographie médicale) ajouté à la modification des besoins de santé (augmentation des maladies chroniques, vieillissement de la population) justifient de toute évidence une restructuration profonde et rapide de l’offre de soins de notre pays.

L’année 2011 ne laissera une trace dans l’histoire des systèmes d’information de santé qu’à la condition que les technologies soient un support à la transformation de l’offre de soins. A ce titre, il nous semble clair que la télémédecine, en tant que projet de transformation de la prise en charge des patients soutenu par un ensemble de technologies doit être vue comme un des leviers majeurs. Pour cela, plusieurs conditions doivent être réunies :
● des technologies matures disponibles : l’offre industrielle, sur certains points au moins, est apte à apporter une réponse ;
● des technologies communicantes donc interopérables : l’action publique, par l’intermédiaire de l’ASIP santé, a fait des progrès significatifs en la matière ;
● des parties-prenantes, que ce soient les décisionnaires, les « utilisateurs » ou les patients doivent s’emparer des technologies, les maîtriser et les utiliser à leur plein rendement.
C’est sur ce dernier point que l’ANAP concentre son effort. Nous devons apporter des éléments de mesure de la valeur produite par l’usage des technologies de santé et décrire
les modèles économiques sous-jacents. Il nous faut également mettre à disposition les outils concrets pour maîtriser les projets technologiques. Cette action volontariste de l’ANAP se traduira par un ensemble de publications qui sortiront progressivement au cours de l’année 2011.


Didier Alain, responsable projet « Stratégies d’investissements dans les systèmes d’information de santé »

pacs, cloud, motion, cloud computing, computing, motion, dmp