Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Equipements >

Spirosmart, la spirométrie sur téléphone

DSIH, LUNDI 18 FéVRIER 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

  Une application smartphone permet de détecter, chez soi, les syndromes broncho-pulmonaires chroniques, ces affections respiratoires dues, notamment, à la pollution de l'air. Avec Spirosmart, les médecins posséderont une solution de prise en charge rapide et les patients un outil de contrôle économique.

Une équipe de chercheurs américains de l'université de Washington, à Seattle, vient de mettre au point une application mobile smartphone, Spirosmart, permettant de réaliser des spirométries sans contrainte de temps ni de lieu.
Ce type d'examen est réalisé en première intention pour détecter des syndromes pulmonaires, telles les Broncho-Pneumopathies Chroniques Obstructives (BPCO), affections en forte croissance dans le monde, puisqu'on estime qu'elles seront la deuxième maladie chronique la plus mortelle en 2020.
Pratiquée en établissement de santé ou en cabinet médical, la spirométrie, qui consiste à mesurer le débit et le volume d'expiration d'un patient à l'aide d'un appareil coûteux, nécessite un rendez-vous en consultation et fait l'objet d'un acte médical.
Spirosmart propose de faire réaliser la spirométrie par une application à faible coût à partir du micro de son smartphone. Il s'agit, pour le patient, de souffler sur l'écran de son téléphone jusqu'à ce que les poumons soient vides. Le micro enregistre alors les données audio et les envoie au serveur qui calcule le flux et le volume d'air exhalé. Les chercheurs à la base de ce projet on testé leur application par une étude comparative sur 52 patients, montrant que les résultats obtenus sur un smartphone et une spiromètre classique ne présentaient que 5% d'erreurs.
La spirométrie à domicile permettra, à terme, de réaliser des diagnostics plus rapides et d'évaluer au fil de l'eau les effets des traitements de façon simple et économique. Les auteurs de l'étude précisent toutefois que cette technologie n'est pas destinée à remplacer la spirométrie classique, qui réalise aussi des mesures en phase d'inhalation, mais à compléter le parc de dispositifs donnant accès au diagnostic de ces syndromes en phase d'expansion.

 dsih/pc

 

patient, médecins