Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

Humeur : Des technos et des hommes

DSIH, LUNDI 04 MARS 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La feuille de route numérique présentée par le gouvernement le 28 février annonce 3 priorités et 18 mesures qui devraient faciliter le déclenchement de pas moins de 100 actions. L’avant-dernière mesure (1), comme rattrapée en vol, confirme, dans le champ de la santé, l’appel à projets Territoires de soins numériques, financé par 80 millions d’euros du Programme d’Investissements d’Avenir (2).

Y a-t-il pour autant une véritable ambition derrière ce catalogue interministériel ? Certes, le préambule du document de synthèse nous rappelle que « le numérique n’est pas qu’une révolution technologique », que « ces changements questionnent notre modèle de société », et enfin que « pour ce Gouvernement, le numérique n’est pas une fin mais un moyen au service d’un renouvellement de notre modèle de société. » D’ailleurs, les titres de ses trois chapitres sonnent plutôt bien qui évoquent « le numérique, une chance pour la jeunesse », « le renforcement de la compétitivité » et la promotion « de nos valeurs dans la société et l’économie numérique ». On a beau chercher, on a cependant du mal à identifier la vision d’avenir que supposent ce modèle et ces valeurs.
Sous l’habillage d’un projet de société (« Le numérique doit être un levier de transformation globale de la société et de l’action publique »), ce sont – encore et toujours – les moyens technologiques qui ont la part belle. Haut débit pour tous d’ici à 10 ans : 20 milliards d’euros d’investissements publics et privés. Recherche et développement pour 5 technologies stratégiques telles que les objets connectés et le cloud computing : 150 millions d’euros. Le volet métiers est en revanche plus modeste !
Pour réussir la société numérique, faut-il miser sur les technos ou sur les hommes ? A l’échelle d’un projet d’entreprise (d’hôpital, de territoire…), on le sait et les assistances à maîtrises d’ouvrage le répètent à l’envie : il faut investir quasiment autant dans la conduite du changement que dans la technologie. A l’échelle d’un pays, la conduite du changement repose à la fois sur l’adhésion à une ambition clairement exposée et sur l’investissement dans – et pour – les ressources humaines.
La feuille de route numérique n’a pas fait ce pari. Ou trop timidement en tout cas.
D.L.

(1) page 33, document à télécharger

(2) http://www.dsih.fr/article/394/l-e-sante-fait-bien-partie-des-investissements-d-avenir.html

territoires de soins numériques, motion, cloud, cloud computing, computing, motion, numérique, dsih