Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Territoires >

Projet de télémédecine pour parer à l’insuffisance cardiaque

DSIH, LUNDI 11 MARS 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’insuffisance cardiaque représente en France un véritable problème de santé publique. Parmi les 2 à 3 % de la population concernés, principalement des sujets âgés, 80 % ne bénéficient pas de tous les traitements susceptibles de les maintenir en vie et 40 % ne sont pas suivis par un cardiologue.

De plus, la prise en charge des patients représente un enjeu économique important pour notre système de santé. L’état des lieux est particulièrement inquiétant.

Dans ce contexte difficile, des solutions existent pourtant ; dont E-care, projet de télémédecine initié par plusieurs partenaires pluridisciplinaires français[i] et lauréat, en 2012, de l’appel à projets E-santé n° 1 (Santé et autonomie sur le lieu de vie grâce au numérique). E-care est une plate-forme innovante destinée à détecter et à signaler, de manière précoce, les situations à risques chez les patients insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA (présentant des symptômes à l’effort et une réduction marquée de l’activité physique sur l’échelle de la New York Heart Association). Des capteurs non intrusifs émettent un signal précoce en cas de risque de décompensation cardiaque. Le dispositif est constitué d’une console installée chez le patient, d’outils de prescription de signaux non stationnaires pour l’association et la synchronisation des mesures, d’un logiciel « intelligent » de collecte et de traitement des données automatique à travers le web sémantique. Suivi automatisé des patients, moins de ré-hospitalisation, séjours raccourcis, meilleure continuité des soins, diminution du nombre de consultations, amélioration globale de la prise en charge, davantage de patients surveillés, les avantages sont nombreux. E-care sera prochainement expérimenté au CHU de Strasbourg.

Plus d’infos sur http://www.projet-e-care.fr/

CC/DSIH



[i] Newel, société spécialisée en technologies de l’information et de la communication, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard, l’Université de Haute Alsace de Mulhouse et le Centre d’Expertise National des Technologies pour l’autonomie (CENTICH) et la Mutualité Française Anjou Mayenne.

télémédecine