Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Territoires >

Les étudiants médecins font de la prospective

DSIH, VENDREDI 05 AVRIL 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les étudiants en médecine planchent sur l'utilisation de la télémédecine comme moyen de coordonner la prise en charge des populations rurales et de remédier à la baisse de démographie médicale. Ils ont détaillé leurs idées dans un projet pour l'organisation territoriale des soins.

 

Le site du quotidien du médecin publie cette semaine un projet en faveur du développement de la télémédecine, présenté par l'Association Nationale des Étudiants en Médecine de France (ANEMF). La relève médicale propose dans ce document quelques pistes pour remédier à la désertification et la baisse de la démographie médicales.


Trois types d'infrastructures différenciées

Dans les régions rurales, voire péri-urbaines, concernées, ce projet imagine la création de Pôles Inter-Communaux de Santé (PICS) susceptibles de coordonner la prise en charge des populations en adaptant les équipes de professionnels aux bassins de santé et en les faisant collaborer grâce à la télémédecine. Les étudiants prévoient, selon les besoins locaux, la généralisation de maisons de santé, comprenant autour d'un médecin généraliste, une équipe pluridisciplinaire de paramédicaux ainsi que des centres de permanence périphériques. Pour les zones à population très faible, seraient mis à disposition des professionnels des véhicules de santé pluri-professionnels équipés de matériel médical ainsi que, pour les patients, des appareils de télésurveillance.


La télémédecine pour coordonner et spécialiser les soins

L'ensemble de ces dispositifs devraient être équipé des technologies de télémédecine permettant des consultations de spécialistes à distance, notamment depuis les établissements hospitaliers avoisinants. Les patients bénéficieraient d'un dossier médical électronique partagé par tous les professionnels du bassin de santé.

Les étudiants observent toutefois que les infrastructures actuelles ne permettent pas aujourd'hui de mettre en œuvre ce projet et demandent, par exemple, à l'assurance maladie de statuer sur la cotation des actes liés à ces nouvelles pratiques. Ils réclament ainsi la création d'une instance de pilotage et un plan quinquennal de développement de la télémédecine.

télémédecine, médecine, médecins, étudiants en médecine