Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

L'open source, facteur de qualité en santé

DSIH, LUNDI 15 JUILLET 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les logiciels servant à contrôler les dispositifs médicaux, ou à piloter leur fonctionnement, ont une importance critique dans la vie de nombre de nos congénères. Afin de prévenir les répercutions d'éventuelles défaillances de ces programmes, des voix s'élèvent pour demander que leurs codes sources deviennent libres d’accès.

 

L'open source est très présent dans le concert du logiciel grand public, le royalty-free représentant un argument de choix pour l'économie du citoyen lambda. Mais il est un domaine dans lequel il peut générer un surplus de sécurité et de qualité, c'est la santé.

 

Un article du journaldunet.com cite plusieurs exemples de dispositifs médicaux qui pourrait bénéficier de l'open source pour les logiciels qui les font fonctionner. Parmi ceux-ci, on trouve les pacemakers, dispositifs sophistiqués qui sont implantés sur les patients souffrant de pathologies du cœur, afin de stimuler et réguler leur rythme cardiaque. Les programmes qui les pilotent sont complexes et ne sont pas à l'abri de défaillances ou d'interférences, qui pourraient mettre leur vie en danger. L'accès au code source du logiciel pilote donnerait la possibilité au patient, ou à son médecin, de reprogrammer le logiciel en cas d'urgence.

 

Plus généralement, l'open source appliqué à ces logiciels liés aux dispositifs médicaux permettrait d'en contrôler la qualité pour plus de sécurité pour les patients. Il serait possible, dès lors, de les évaluer afin de les améliorer le cas échéant. l'open source devrait, ajoute cet article, devenir dans ce cas obligatoire. On ne déplorerait pas, alors, les quelques 20 000 dommages graves et 700 morts en quatre ans, décrits par la Food & Drug Administration (FDA) aux États-Unis, et dus majoritairement à des défaillances logicielles à l'origine du dysfonctionnement de pompes à médicaments.

logiciel, logiciels, dispositifs médicaux, logiciel, sécurité