Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

Performance, qualité, transparence: les 3 défis du CHU de Nancy

DSIH, JEUDI 21 NOVEMBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’informatique du CHU de Nancy est depuis longtemps industrialisée. Equipée d’abord d’une plateforme mainframe, son automatisation, accélérée dans les années 90, vit à nouveau de grandes avancées depuis que l’établissement s’est doté du logiciel OpCon de SMA Solutions. Mais il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : de nouveaux challenges l’attendent ! Francis Daul, responsable d’exploitation, en témoigne.


En 2010, vous avez modifié votre système d’automatisation. Qu’avez-vous apprécié chez SMA Solutions ?

Francis_DAUL_CHU_NancyFrancis Daul : Nous avons lancé une consultation sur la base de 45 critères d’évaluation. OpCon était en adéquation tant sur le plan opérationnel que sur le plan technique. Notre choix fut une évidence.

Ils se sont démarqués par leur architecture technique et leurs mécanismes de haute disponibilité. Nous avons aussi été séduits par le Capacity Planning qui permet de visualiser la durée des traitements et de repérer les chemins critiques. Avant notre transfert d’automates, nous avions des difficultés à ordonnancer nos traitements sur une journée. Nous cherchions à les optimiser pour répondre aux pics de charges. Enfin, nous nous sommes aussi attachés aux moyens proposés pour l’assistance à la mise en œuvre.

 

Comment s’est déroulé le déploiement ?

F. Daul : Nous avions déjà un fort niveau d’industrialisation, nous avons donc pu facilement extraire le référentiel de traitement de notre base de données pour la transmettre à SMA. Ce sont leurs techniciens qui ont assuré la reprise technique. Seul 30% des données ont requis un remaniement, des ajustements surtout liées aux nouveautés proposées par OpCon. SMA Solutions nous a accompagnés tout au long du processus. Le déploiement a rempli ses objectifs puisque nous ne souhaitions pas qu’il mobilise trop de ressources. Finalement, nous avons été autonomes très vite.

 

Qu’est-ce que cela a changé à vos processus de travail ?

F. Daul : Notre challenge était que la mutation ne dégrade pas la situation. La mission est remplie et même plus. Nous avons gagné sur le plan de la qualité de nos services. Nous passons 3000 traitements par jour. Notre taux d’erreur est de 0,19% quand il dépassait les 1% auparavant. L’ordonnancement, lui aussi, est optimisé, l’ensemble de la production a gagné en rapidité.

 

Quels sont vos rapports avec le support ?

F. Daul : Nous n’avons pas beaucoup l’occasion de les contacter étant donné le niveau de fiabilité du produit ! Néanmoins, nous avons rencontré 3 incidents, non liés à OpCon, qui nous a obligés à passer sur le serveur de secours. OpCon a géré le basculement sans aucun problème. Le support s’est toujours montré disponible et nous a accompagnés pour rebasculer sur le serveur principal. L’opération n’est pas compliquée mais il était important pour nous de se sentir épauler à ce moment là.

 

Quelles perspectives envisagez-vous désormais ?

F. Daul : Nous gérons la paye pour 39 établissements. Nous traitons ainsi 22 000 bulletins de salaire. Nous sommes particulièrement attachés à offrir à nos utilisateurs une qualité de services maximale et à leur apporter une véritable valeur ajoutée. Nous réfléchissons actuellement à améliorer leur visibilité sur nos processus informatisés. La gestion de la paye, par exemple, réclame une orchestration sans faille entre phases de calcul, validations, transferts des fichiers, etc. En améliorant leur visibilité, nous leur permettrions de mieux intervenir dans le processus et d’optimiser l’organisation de leur travail. Pour cela, nous travaillons avec la solution BAM, Business Activity Monitoring développée également par SMA Solutions.

 

En quoi consiste-t-elle ?

F. Daul : Ce logiciel permet de visualiser et de contrôler en temps réel les workflows métiers. Les utilisateurs y ont accès. Ils sont ainsi impliqués et responsabilisés. Il inclut un outil de reporting disponible en ligne et en temps réel.  Ce n’est pas un logiciel pour les informaticiens, mais un instrument destiné aux métiers, qui permet aussi de valoriser notre travail. 

D.G/DSIH

chu, logiciel