Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Du rock'n roll, enfin !

DSIH, DIMANCHE 24 NOVEMBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

  Depuis le malware Conficker en 2008, une petite bête pas spécialement sympathique qui avait eu le bon goût d'infecter – et de paralyser en partie – une bonne partie des grandes entreprises françaises (notamment une banque nationale dont plus de 14 000 PC avaient dû être désinfectés à la main), il faut le reconnaître humblement : on s'ennuie ferme aux pays de la sécurité du SI. Hauts les cœurs chers amis : BadBios est arrivé.

 

Virus BadBiosComme son nom l'indique, il infecte le BIOS (la couche logicielle directement embarquée dans les composants matériels) de la machine pour ensuite se propager au système d'exploitation. Jusque-là, rien de vraiment neuf au pays des octets. Bon, ensuite il utilise les failles de sécurité des plug in type Java, Adoble et consort. Pff ! Tellement classique que cela fait pitié : ces bouts de logiciels sont tellement troués que même ma grand-mère arriverait à les infecter.

 

Par contre, le bestiau est totalement agnostique : il infecte aussi bien les MAC que les PC ou les Linux. Là, on commence à tendre l'oreille. La méthode d'infection est somme toute classique : par une clé USB. Lors du dernier G20 à Saint Petersbourg, la délégation russe a offert en veux-tu en voilà des clés à tout le monde : le président du conseil européen Herman Von Rompuy a pris la précaution de faire analyser le « cadeau » qui s'est avéré infecté (merci les russes!).

 

La nouveauté, c'est que l'engin utilise potentiellement tous les canaux à sa disposition pour se propager, y compris les hauts parleurs du PC, qui émettent à haute fréquence pour « attaquer » le micro du PC d'à côté. Cela paraît farfelu, mais un bon nombre de sommités dans le domaine ont confirmé cette analyse, qui fait tout de même froid dans le dos. Il ne suffit plus de déconnecter un équipement d'un réseau pour être protégé, tout canal est maintenant susceptible de propager une infection : les variations de la tension d'alimentation, les diodes lumineuses en façade d'un boitier desktop, etc.

 

Même les plus blasés d'entre nous le reconnaîtront : il y avait longtemps que l'on n'avait plus ressenti ce furieux picotement en bas de l'échine. Au moins depuis Led Zeppelin et AC/DC.

sécurité, sécurité du si, national, malware, logiciel