Vous êtes dans : Accueil > Actualités > >

La NHS renaît de ses cendres avec les nouvelles technologies (Communiqué)

DSIH, MERCREDI 12 FéVRIER 2014 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La NHS a connu en 2010 une série de revers sur le déploiement de l’équivalent du  dossier médical personnel français, le NpfIT. Aujourd’hui, Dr. Paul Rice, Directeur de la stratégie technologique de la NHS d’Angletterre, lance “un appel aux armes”. Le gouvernenement britanique et la NHS font fi du passé et lancent un nouveau programme ambitieux de dossier médical numérique avant 2018. Paul Rice dévoilera au WoHIT 2014, du 2 au 4 avril à Nice, les étapes de son programme qui transformera les modèles de soins par l’intégration des nouvelles technologies.


Npfit, un projet ambiteux 

En 2002, la NHS lance le  « plus important programme d’informatique civil développé au plan mondial », le NHS National Programme for IT – NpfIT. Son déploiement sur 10 ans, devait permettre de mettre en place un système d'information à l'échelle nationale, unique et centralisé, assurant un accès aux données confidentielles aux 30 000 médecins généralistes, aux  hospitaux du pays et aux 60 millions de citoyens britaniques. Il comportait également trois autres volets :

- un système de prise de rendez-vous en ligne, « Choose and Book » dans les cliniques et hôpitaux. En outre, ce dispotif est un succès

- un système de transfert en ligne des ordonnances (Electronic Prescription Service)

- un système de gestion en ligne des dossiers médicaux des patients (Summary Care Records System).

 

Npfit, retour sur un échec

Le budget prévisionnel était à la hauteur de l’ampleur du chantier : 12,7 milliards de livres soit 15,2 milliards d'euros. En 2008, les premiers prestataires techniques quittent le projet. En 2010, les critiques sont unanimes sur le manque de transparence et de communication ainsi que sur les nombreuses failles de sécurité ;  pour le Healthcare equipement and supplies (HES), la plupart des hôpitaux publics autonomes « en sont au même point qu'il y a six ans et presque tous ont perdu confiance en ce programme ». Un rapport du University College de Londres, intitulé « Le diable est dans les détails », montre le peu de participation des utilisateurs : environ 1,2 millions a effectivement généré son dossier auprès de son généraliste et 200 ont été créés sur l’espace virtuel de santé (Health space). En septembre 2010, le projet d'infrastructure centralisée, est abandonné « au profit d’une approche modulaire, permettant aux NHS Trusts (fiducies du NHS) d'introduire des changements à plus petite échelle, en adéquation avec leurs

besoins et leurs capacités (...). En ligne avec les réformes du NHS, le NPfIT ne fonctionnera plus comme un système national centralisé. Les décisions et responsabilités seront locales ». Le gouvernement espère ainsi une économie de 700 millions de livres.

 

Fusion des soins primaires et secondaires

Dans la même lignée, David Cameron présentait en 2011 son projet de loi sur les services médicaux et sociaux au Royaume-Uni en 2012, qui propose de changer de fond en comble le service de santé national (National Health Service, ou NHS). Il a annoncé la dissolution de plus de 150 organismes du NHS, dont la totalité des fiducies de soins primaires et 10 bureaux de santé stratégiques. La plus grande partie du budget de la santé sera transférée aux omnipraticiens, dont un conseil du NHS fraîchement créé assurera la supervision. Le projet de loi est controversé.

 

De nouveaux SI intégrés

Pour permettre la mise en place de cette réforme, les services IT de la NHS cherchent à intégrer le système d’information entre les différents services de soins primaires et secondaires. L’ère de l’informatique en sillot est terminée, place aux ERPs.

 

Un récent raport commandé par le Ministère de la santé a mis en avant les enjeux d’une informatique correspondand à des services de santé intégrés. Il prévoit des investissements à réaliser pour « un dossier partagé du patient, l'interopérabilité entre les systèmes de données, et la capacité d'utiliser des outils qui permettent d'identifier les personnes à risque dans la communauté. »

 

Les établissements ont le choix des armes. Par exemple, la communauté de services de santé de Croydon Healthcare qui a fusionné en 2010 avec le Mayday Healthcare NHS Trust pour les soins actifs, a pris du retard dans le déploiement de son dossier patient électronique. Toutefois, les intervenants du parcours de soins auront-ils ainsi un meilleur accès aux informations et une vision affinée des actes opérés par les différents services. Le personnel soignant sera en mesure de décider plus rapidement sur les besoins du patient améliorant ainsi la qualité, la sécurité et l’efficacité des soins. Croydon Healthcare emploie plus de 600 professionnels de santé répartis sur 30 services.

 

Ensuite, il y a le dossier de santé électronique à l’échelle communautaire tel que celui développé à North Bristol. Alors que d’autres établissements comme Worcestershire ou Christie font le choix d’un portail d’itinéraire clinique, les personnes accèdent par le web à des informations stockées sur différents systèmes.

 

Paul Rice, nouvelle stratégie numérique

En avril 2013, Paul Rice arrive à la tête de la stratégie technologique de la NHS d’Angleterre. Il pilote un programme d’1 milliard de livres afin de mettre en place un dossier numérique de santé intégré agrégeant les données des services médicaux et sociaux. Il gouverne également le Nursing Technology Fund qui vise à accompagner les infirmières dans leur usage des nouvelles technologies.

 

Au dernier trimestre 2013, il a annoncé avoir opté pour un dispositif open source et se fait le porte-drapeau de la transformation des modèles de soins cliniques par les nouvelles technologies pour un service de santé de haute qualité, proactif et participatif. Il lance  « un appel aux armes » au personnel des hôpitaux de la NHS, aux citoyens et aux industriels afin d’identifier, hiérarchiser et permettre la délivrance de nouveaux modèles de soins reposant sur la transparence et la participation de chacun (patient et soignant). La stratégie « Channel Shift » qui consiste pour le service public à basculer et interconnecter online ses données, va permettre au monde hospitalier d’atteindre son objectif « zéro papier » d’ici 2018 tout en réduisant les coûts. Un accès simple et rapide aux données de santé apportera une meilleure expérience aux malades à l’heure où les systèmes de santé développent une approche centrée sur le patient.

 

Mega base de donnée en oncologie, les premiers pas de la médecine personnalisée

En juin 2013, les services de Public Health England annoncaient la création de la plus grande base de données en oncologie. Elle collectera les données sur chacune des 350 000 nouvelles tumeurs détectées chaque année en Angletterre ; l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord qui ont également leur propre registres, seront interconnectés. Le registre national  utilisera les informations des hôpitaux de la NHS ainsi que les 11 millions de dossiers patient introduisant ainsi un nouveau paradyme dans le traitement du cancer grâce à la médecine personnalisée. Par exemple, il est avéré que le cancer du sein prend des formes différentes, au moins dix, qui impliquent un traitement spécifique pour chaque cas.

Dans ce contexte, Jem Rashbass, directeur national du registre des maladies du Public Health England commentait : « la modernisation du registre sur le cancer en Angletterre est sur le point de permettre d’obtenir des données cliniques plus complètes, plus détaillées et plus riches sur les patients atteints de cancer partout dans le monde. »

D’ici Cinq ans, les cas de cancers seront séquencés génétiquement afin d’apporter une thérapie ciblée et personnalisée. Le département de la santé a d’ores et déjà provisionné 100 millions de livres pour séquencer le code génétique de 100 000 patients atteints de cancer ou de maladies rares afin de faire progresser rapidement la médecine personnalisée.

 

WoHIT 2014

 Vendredi 4 avril  conférence investissements régionaux / nationaux en e-santé :

 

- « Programme norvégien sur les investissements en e-santé »

Thomas Bagley, DSI du Helse Sor Os, Norvège

 

- « Le numérique pour la transparence et un modèle participatif : une ambition pour la NHS en Angleterre »

Paul Rice, Directeur de la stratégie technologique, NHS Angleterre

 

WoHIT 2014

Dans le cadre de sa grande conférence internationale WoHIT 2014 à Nice du 2 au 4 avril, les décideurs européens de la santé débattront du rôle des nouvelles technologies dans la conduite du changement des systèmes de santé. Cette opportunité de transformation des réseaux de soins par l’adoption du numérique, doit permettre non seulement de meilleures performances cliniques pour la prise en charge des citoyens mais également de faciliter la maîtrise des dépenses.

http://worldofhealthit.org/2014/fr

 

 

 

A propos de HIMSS

HIMSS est une organisation à but non lucratif qui se consacre exlusivement à fournir un leadership international pour un usage optimal des technologies de l’information et les systèmes de gestion pour l’amélioration de la santé. Créée il y a 52 ans, HIMSS et ses organisations affiliées sont basées à Chicago avec différents bureaux aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. HIMSS compte près de 50 000 membres dont plus des deux tiers travaillent dans la fourniture de services santé, les organisations gouvernementales ou à but non lucratif. HIMSS rassemble plus de 570 organisations dont plus de 225 sont des organisations partenaires à but non lucratif qui partagent sa mission de transformer le secteur de la  santé au travers un usage efficace des TIC et des systèmes de gestion. HIMSS conçoit et initie les pratiques de santé ainsi que les politiques publiques au travers de son expertise sur les contenus, le développement professionnel, la recherche et les outils médiatiques pour promouvoir l’information et les contributions sur les systèmes de gestion afin d’améliorer la qualité, la sureté, l’accès aux soins tout en maîtrisant les dépenses.

Pour plus d’informations :www.himss.eu

Pour plus d’informations sur la conférence : http://worldofhealthit.org/2014/fr

 

A propos du Cercle des Décideurs Numérique et Santé

Afin de porter dans le temps une action durable, le Cercle des Décideurs Numérique et Santé a vocation à faire travailler ensemble industriels, acteurs de santé, institutionnels et relais d’opinion sur une plateforme commune au-delà du portage politique. Avec une ambition : accompagner l’émergence d’une filière industrielle d’excellence, qui réponde aux enjeux de santé publique, de sécurité, de pérennité et de création de valeur économique. Nous sommes engagés depuis février 2012 dans l’animation d’une communauté d’idées et de réflexions autour de la transformation du système de santé avec Le Cercle des décideurs en santé.

Pour plus d’informations :http://care-insight.fr/care-et-network/numerique-et-sante/

numérique, plan cancer, wohit, national, oncologie, dossier médical, directeur, nice, dossier médical personnel, wohit 2014, patient, himss, cancer, health, cliniques, healthcare, médecine, sécurité, insight, soignant, parcours, pra


VIDAL