Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

The return of mémé

CwC, JEUDI 05 FéVRIER 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Un des trucs marrants avec l'informatique, ce sont les grosses bourdes commises par l'ordinateur – en fait par ceux qui les ont programmés ou ceux qui les utilisent.

On se souvient en effet de ce couple de paisibles quinquagénaires qui, il y a quelques années, avait reçu de la part d'EDF une facture trimestrielle d'électricité de plusieurs millions d'euros : ils avaient eu toutes les peines à prouver leur bonne foi et il leur avait fallu démontrer qu'ils n'avaient pas construit une usine cachée dans le sous-sol de leur pavillon.

Il y a toujours, de temps en temps, ces cas de cotisants aux régimes retraites qui, une fois l'âge de départ atteint, se mettent à faire les démarches administratives pour percevoir leur pension. Quelle n'est pas leur surprise d'apprendre, par la bouche d'un « gestionnaire de dossiers » qu'en fait ils sont considérés comme étant décédés depuis des années. Le plus drôle surtout c'est que la caisse retraite en question refuse de verser une pension à un mort, mais n'a jamais rechigné à percevoir des cotisations d'un mort !

La semaine dernière, nous apprenons dans La Charente Libre que le CHU de Poitiers a envoyé un courrier de convocation à une vieille dame pour un examen médical programmé le 12 mai 2015. La dame en question aurait bien du mal à s'y rendre, vu qu'elle est décédée depuis 2008. Emoi compréhensible de la famille, et pour ma part je serais très curieux de connaître l'origine de l'erreur. Est-ce une saisie erronée d'une date de rendez-vous (ce qui déclenche un courrier de rappel) ? Est-ce un bug dans la moulinette de création de courriers ?

Bon en même temps, il faut relativiser l'erreur. Comme on dit entre RSSI, y'a pas mort d'homme. Ou, plus prosaïquement dans ce cas précis, elle ne pourra pas mourir une seconde fois.