Vous êtes dans : Accueil > Tribunes libres >

Télémédecine, l'an 0 est-il pour demain ?

Cédric Cartau, LUNDI 18 MAI 2015 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans la Loire, la Mutualité française annonce un test de télémédecine en EHPAD afin de limiter les déplacements – à la fois de patients et de professionnels de santé. 

Après la phase de test, la Mutualité prévoit de déployer le dispositif sur l'ensemble de ses EHPAD. CEGEDIM lance un logiciel de prise de rendez-vous en ligne pour les médecins.
Sans parler d’Apple et Samsung, qui chacun annonce une stratégie santé – que ce soit par le biais d'objets connectés, de plateformes de développements ou de collecte de paramètres physiologiques.

Depuis quelques temps, il ne se passe pas une semaine ou quinze jours sans que l'on voit tomber sur les téléscripteurs une brève concernant, de près ou de loin, le sujet vaste et protéiforme de la télémédecine. Serait-ce l'an zéro, tant de fois annoncé et mainte fois reporté voire annulé ?

Une chose est sûre : l'explosion des dépenses de santé – qui représentent entre 12% et 14% du PIB en France, et ce chiffre n'a jamais cessé de croître – conduira plus ou moins rapidement les pouvoirs publics autant que les acteurs de terrain à l'inéluctable : utiliser les nouvelles technologies (qui sont nouvelles depuis au moins 15 ans!) pour contenir cette explosion. D'autres pays, tels le Québec on les pays nordiques, pour d'évidentes raison d'étendue de territoire, s'y sont lancés bien avant nous.

La question de la gouvernance reste majeure, mais on voit mal comment les ARS et les GCS qui en sont le bras armés pourraient ne pas jouer un rôle majeur dans ce dispositif dont on nous annonce, depuis plus d'une décennie, des expérimentations « prometteuses ». Il serait temps de passer enfin d'expérimentation à un déploiement maîtrisé et à grande échelle. Il s'agit typiquement d'une tendance que, soit nous choisirons et anticiperons, soit nous subirons.

télémédecine, ehpad