Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

La connectivité ne connaît plus de frontières à l’hôpital

DSIH, DL, LUNDI 11 JANVIER 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La plateforme de connectivité Surycat est déployée auprès de 450 sites de tous secteurs d’activité, mais c’est dans le monde hospitalier – où il compte actuellement 60% de ses clients – que Christophe Le Dantec souhaite concentrer ses efforts.

Pour le jeune CEO de la société Optiflows, qui arbore depuis un an le symbole de l’innovation et du dynamisme que représente le « Pass French Tech », l’un des exemples les plus aboutis du potentiel de la plateforme se trouve à l’hôpital de Gonesse, qui prépare en ce moment son déménagement.

« C’est le cas d’usage le plus intéressant car on y retrouve toute la diversité des équipements et systèmes qu’il devient nécessaire d’interconnecter : robots de transport de repas ou de médicaments, pneumatiques de distribution des résultats sanguins, gestion des bâtiments, des contrôles d’accès et de la protection des personnes…
L’originalité de Surycat consiste en effet à offrir l’interopérabilité entre quasi tous les domaines technologiques. « Des plateformes qui savent interconnecter les nouveaux objets connectés, cela existe. Idem pour les dispositifs médicaux, reconnaît Christophe Le Dantec. Mais, là où il estime « casser les silos », c’est dès qu’il s’agit de faire dialoguer des mondes qui s’ignorent généralement : celui des télécoms avec celui de l’IT et des systèmes d’information, du Web, des bases de données, des automatismes…
Du coup, la passerelle peut aussi bien servir à informer les équipes techniques de tout disfonctionnement des éléments critiques de l'établissement, que mobiliser les professionnels d’astreinte dans le cadre d'un plan d'alerte, ou simplement assurer les notifications instantanées des appels patients aux équipes médicales.
« Nous avons su industrialiser une logique de connectivité des systèmes propriétaires les plus divers, ajoute-t-il, de telle sorte que, si vous allez par exemple à Amiens, l’un des premiers hôpitaux où nous sommes intervenus, ou à Gonesse, vous trouverez exactement la même plateforme, sans aucun développement spécifique. »
Les exemples d’applications ne manquent pas mais les équipes d’Optiflows s’emploient à en développer quelques-unes, à titre de démonstration. « Nous créons des applications métier, dans la gestion des rendez-vous ou la coordination des soins, dans une logique de co-design, pour montrer tout le potentiel de la plateforme ».

hospitalier