Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Des technologies numériques pour mieux guérir ?

DSIH, PM, MARDI 15 MARS 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À l’occasion des 7es Assises des technologies numériques de santé, les experts se sont interrogés sur la pratique de la médecine à l’heure de la prédiction. Si le numérique ne se substituera jamais à la médecine, il favorise les échanges multidisciplinaires pour la faire évoluer.  

L’apparition de la prédiction génétique avec le séquençage du génome à très haut débit, les biomarqueurs, la science des mégadonnées et les logiciels de simulation font entrer la médecine dans une nouvelle ère.

Bien que très prometteuse, la médecine prédictive pose de réels défis sur le plan éthique et technique. Pour les experts de la première table ronde des 7es Assises des technologies numériques de santé, les outils numériques vont accompagner l’émergence d’une nouvelle pratique médicale, mais ils ne remplaceront en aucun cas le praticien. Ainsi, si le virtuel est capable de transcrire avec précision notre information génétique, il ne peut prévoir les événements inattendus. Le numérique ouvre donc de nouveaux horizons qui permettent de modéliser et simuler. Mais bien au-delà, ils favorisent surtout les échanges pluridisciplinaires.

Les spécialistes de la deuxième table ronde ont rappelé l’importance de la formation massive de l’ensemble des professionnels de santé et la nécessité d’accompagner la population dans la prévention grâce à ces nouveaux outils. Une étude de l’OMS nous explique que la génération de nos enfants sera soumise à une réduction de son espérance de vie, et les outils numériques peuvent trouver leur place pour accompagner les changements de mode de vie. 

Pour conclure, ces 7es Assises des technologies numériques de santé ont mis au jour un triste constat. Si l’Hexagone dispose de start-up et de services de recherche et développement compétents, la commercialisation demeure médiocre, en partie à cause du poids considérable des institutions publiques. La France reste trop peu présente dans ce domaine et accumule les retards.

logiciels, médecine, numérique