Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Agora « IT-SI » archivage et dématérialisation au HIT 2017

DSIH, Damien Dubois, MARDI 02 MAI 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le salon HIT 2017 est le lieu d’échange sur les nouvelles pratiques et possibilités offertes par les TIC notamment en termes d’archivage et de dématérialisation en général.

Si encore très peu d’établissements hospitaliers sont passés au zéro papier et à l’archivage électronique complet, notamment pour des questions de complexité, la démarche est en route.

Les dématérialisations

Il existe, à ce jour, deux grands types de dématérialisation. Tout d’abord un volet administratif pour tout ce qui concerne la chaîne de facturation, la réduction des délais de paiement, de remboursement ou la recherche d’économie. Un grand nombre d’établissements s’est engagé dans cette voie.

L’autre volet a trait à l’archivage médical, le dossier du patient : résultats d’examens, radiographies, imagerie médicale, correspondances entre professionnels de santé... Dans ce domaine, les avancées des établissements sont moins marquées. Le zéro papier est complexe notamment pour des raisons de coût et de logistique. Le frein culturel et générationnel à la dématérialisation peut également jouer.

Un besoin de cohérence

Néanmoins, il existe différents moyens pour l’assurer : le cloud, l’hébergement des données ou encore, le système d’archivage électronique. Concernant l’archivage des comptes-rendus, du dossier radiologique et du dossier médical d’hospitalisation, certains points ont été clarifiés et quelques réponses ont été apportées aux établissements hospitaliers publics ou privés avec la parution du décret du 4 janvier 2006 relatif à l’hébergement des données médicales.

Il précise que la durée d’archivage des données médicales est de vingt ans après le dernier contact de l’établissement hospitalier avec le patient et que les informations concernant la santé des patients sont soit conservées au sein de l’établissement de santé qui les a constituées, soit déposées auprès d’un hébergeur agréé. Les nouveaux textes et décrets permettent une accélération de la dématérialisation dont les coûts ont aussi baissé, rendant ces principes accessibles. Les freins à ces nouveaux projets disparaissent donc les uns après les autres. Cette démarche doit cependant être pensée en termes d’efficacité, d’utilité et de performance économique en lien avec les nouveaux services à apporter en cohérence avec les projets médicaux. 

La dématérialisation à HIT 2017

Plusieurs sessions de HIT seront consacrées à ce sujet au sein de l’agora « IT-SI » dont :

  • La dématérialisation, moteur organisationnel pour les établissements de Santé (avec Alexis GADENNE, Directeur Technique Pôle Dematique, SILPC). La dématérialisation permet d'envisager de nouveaux modes organisationnels pour une amélioration des processus métiers et de conduire des projets structurants dans les établissements.
  • La dématérialisation de la facture dans le secteur santé (avec Fedoua ABERKANE, Healthcare manager, EDICOM France, Emmanuel LAPLANTE, Directeur commercial, EDICOM France).
  • La CNAF à l'heure de la digitalisation : enjeux et apports du Big Data pour l'amélioration de l'expérience allocataire et la lutte contre la fraude (avec Stéphane DONNÉ, Responsable du département des statistiques, SI et Big Data, CNAF - Caisse Nationale d'Allocations Familiales, Bruno BROSSIER, Chef de projet / Expert Big Data, Capgemini). Le "patrimoine données" géré par les systèmes d'information des caisses rattachées à la Caisse Nationale d'Allocation Familiales est mis à profit via le Big Data pour à la fois améliorer la qualité de service public et prévenir les versements d'indus et les fraudes.

dématérialisation, archivage, hit, tic, data, big data, hospitaliers