Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Fehap : faciliter le maintien à domicile

DSIH, Damien Dubois, LUNDI 09 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans le cadre de la concertation sur la stratégie nationale de santé 2018-2022, annoncée par la ministre des Solidarités et de la Santé, et du PLFSS 2018, la Fehap a émis une dizaine de propositions concrètes pour contribuer à l’amélioration de notre système de soins. Les SI n’ont pas été oubliés.

Le manque de coordination et de personnalisation des parcours de santé entraîne des zones de rupture de prise en charge et d’accompagnement. L’insuffisance de fluidité fonctionnelle et relationnelle entre les professionnels de la médecine de ville, de l’hôpital et du secteur médico-social rend la construction de réponses coordonnées complexe et incertaine. In fine, des hospitalisations par défaut ou des maintiens en hospitalisation non nécessaires en sont le résultat.

Limiter les hospitalisations par une plateforme intégrée

Pour la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs, le recours excessif à l’hôpital, notamment aux services d’urgence, serait limité par le développement sur chaque territoire de plateformes intégrées s’appuyant sur les outils numériques incluant la gestion personnalisée des parcours, au service des professionnels et des organisations.

Ces plateformes seraient accompagnées de dispositifs de coordination (call centers, dossiers informatisés avec reconnaissance du numéro d’appelant, agendas d’alertes pour le suivi des actions…) et de télégestion (nomades et interopérables). Elles renforceraient l’efficience des intervenants à domicile (planification, géolocalisation…), assureraient la traçabilité des données des patients pris en charge dans leur logement (soins, visites) et coordonneraient la gestion sécurisée des informations de l’usager.

Optimiser la prise en charge à distance

Des solutions de télémédecine et de télésuivi amélioreraient la rapidité de prise en charge et les échanges entre professionnels tout en optimisant le temps médical et les temps de transport. La Fehap propose également la création de résidences de « domicile innovant » adaptées aux personnes en situation de fragilité, sécurisées et connectées. Au service du maintien de l’autonomie, elles s’appuieraient sur la domotisation des équipements (chemin lumineux, cuisine à hauteur variable, télé-alarme, visioconférence) et l’évolutivité des logements (adaptation progressive à la perte d’autonomie).

Lutter contre les inégalités avec la télémédecine

Face aux inégalités sociales et territoriales, l’e-santé peut constituer un levier pour passer d’une médecine curative à une médecine préventive et articuler des écosystèmes de santé autour d’un même projet médical et social. Pour ce faire, la Fehap propose, entre autres, d’identifier et de recenser les expertises sanitaires et médico-sociales au sein des établissements et des services publics et privés afin de les partager sur le territoire via la télémédecine. Elle souhaite également favoriser et réguler l’émergence de plateformes industrielles urbanisées et sécurisées, non seulement pour la gestion, mais aussi pour le stockage des données

Développer la télé-expertise

Enfin, en réponse à l’absence de culture gériatrique des professionnels de santé et aux difficultés pour les personnes âgées d’accéder à un parcours de santé structuré, notamment en termes de consultations spécialisées, la Fehap propose l’organisation de consultations spécialisées à distance.

Cette télé-expertise s’appuierait sur des organisations médicalisées de télésanté et de télémédecine opérant sur le secteur de la perte d’autonomie, du maintien à domicile et du suivi à distance des maladies chroniques. Elle permettrait d’acquérir, de traiter, de partager et d’héberger des données de santé 24 h/24 par un chaînage humain, logistique, médical et sécurisé, grâce à une plateforme médicalisée de régulation, de coordination et de conseils médicaux.

Assurer le succès de ces mesures

La Fehap a identifié une série de facteurs de succès. Elle prône notamment le développement de Recherche-Développement dans le champ privé non lucratif éventuellement ciblé sur des solutions innovantes de maintien à domicile des personnes fragiles, en intégrant par exemple de nouveaux métiers en lien avec la télémédecine et la télésanté, en particulier pour le maintien à domicile des personnes âgées.

La Fédération appelle également de ses vœux un plan d’investissement numérique ambitieux couvrant toutes les dimensions du système de santé (domicile, ville, sanitaire, médico-social et social) via un fonds d’amorçage de l’assurance maladie constitué, par exemple, de dépenses évitées sur les transports ou les actes non pertinents.

Ne manquez pas le prochain congrès de la Fehap du 22 au 23 novembre 2017

stratégie nationale de santé, télémédecine, médecine, télésanté