Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Agnès Buzyn rêve de simplification

DSIH,@lehalle, MARDI 19 DéCEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

« La fracture territoriale n’a jamais été aussi forte, c’est une urgence immense », a déploré Agnès Buzyn lors des Contrepoints de la santé, le 15 décembre dernier.

Agnès Buzyn interrogée par Pascal Maurel (à g.) et Philippe Leduc, organisateurs des Contrepoints de la santé.

Pour la ministre des Solidarités et de la Santé, « le système de santé n’est plus au rendez-vous de ce que l’on doit aux Français car ils cotisent tous pour la Sécurité sociale et, à l’arrivée, ils n’ont pas le service attendu ». 

Elle appelle l’ensemble des acteurs à se mettre autour de la table, ARS, élus et professionnels, pour travailler sur les inégalités territoriales de santé.
Agnès Buzyn estime que les contrats locaux de santé constituent la bonne interface, le bon instrument pour réfléchir collectivement à l’organisation territoriale des prises en charge, avec tous les outils proposés par le plan territorial d’accès aux soins, présenté en octobre dernier.

Un millefeuille territorial

« Je suis frappée du millefeuille, du nombre de dispositifs » qui se sont multipliés dans les territoires, a-t-elle également regretté, avant de souligner s’être engagée à ne créer aucune structure nouvelle. « Clic, Maia, etc., je ne peux pas décrire aujourd’hui l’ensemble des outils à disposition des territoires tellement ils sont nombreux », a poursuivi la ministre, soupçonnant que ce foisonnement freine la coordination nécessaire autour de la personne, quelles que soient ses pathologies et fragilités.
« Nous réfléchissons à lancer une mission sur la simplification », a-t-elle annoncé.
Un objectif que ne désapprouveront sans doute pas les acteurs des systèmes d’information qui peinent de leur côté à faire communiquer tous ces dispositifs…