Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Communiqué >

Ramsay Générale de santé De nouveaux projets au bénéfice des patients

DSIH, Damien Dubois, LUNDI 09 SEPTEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À la suite de l’acquisition du groupe suédois Capio, fin 2018, Ramsay Générale de santé annonce le lancement de nouveaux projets au bénéfice des patients, basés notamment sur un partage de bonnes pratiques entre les deux pays.

Ramsay_Generale_de_Sante« L’intégration du groupe Capio est une réelle opportunité pour l’avenir de Ramsay, a déclaré Pascal Roché, son directeur général. Elle nous permet d’aller désormais plus loin en partageant et en déployant les meilleures pratiques des deux groupes, portés par des histoires différentes et des activités innovantes complémentaires. » Une centaine de bonnes pratiques ont été identifiées (excellence médicale, optimisation, digital, ressources humaines, etc.) et sont en phase de test ou de déploiement.

Des structures de soins de proximité

Dans le contexte de crise des urgences et des déserts médicaux, Ramsay développe des structures de soins de proximité sur le modèle des Proximity Care Centers suédois et norvégiens. Ce projet devrait être mis en œuvre dans le cadre de l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (LFSS 2018) qui ouvre la voie à des expérimentations dérogatoires. Il devrait se dérouler en Île-de-France et en Auvergne – Rhône-Alpes (Ris-Orangis, Argenteuil, Pierrelatte…).

Les patients seront pris en charge par une équipe pluridisciplinaire salariée et orientés après évaluation de leurs symptômes. Ils accéderont aux soins de premiers recours gratuitement et des protocoles préciseront la répartition des rôles et les modes de prise en charge.

Vers un paiement à l’épisode de soins
L’établissement percevra une rémunération forfaitaire variable selon l’âge et l’état de santé du patient. « Ces structures, financées à la capitation, privilégient la pertinence des actes plutôt que leur volume, favorisent la prévention et réduisent le recours inapproprié aux centres hospitaliers. En outre, elles développent la culture de l’évaluation systématique et du résultat (qualité au regard du coût généré) », commente François Demesmay, directeur Innovation médicale et expérience patient de Ramsay Générale de santé.

Ce financement à la capitation va dans le sens de l’expérimentation d’un paiement à l’épisode de soins chirurgical lancée par le ministère des Solidarités et de la Santé conjointement avec l’assurance maladie en juillet dernier. Elle concerne la colectomie pour cancer, la prothèse totale de hanche et la prothèse totale de genou. Trois cliniques de Ramsay font partie des 27 établissements engagés à la mener.

Mutualiser les indicateurs et les outils

Pour renforcer la structuration et la sécurisation des prises en charge des patients, Ramsay Générale de santé et Capio mutualisent leurs chemins cliniques et leurs indicateurs qualité : équipes dédiées à l’accompagnement sur le terrain, référentiel Qualiscope interne, audits réguliers, programmes de formation et retours d’expérience. À cela s’ajoutent des indicateurs qualité de résultats cliniques mis au point par Capio et une utilisation plus généralisée de protocoles structurés dans le cadre du large déploiement de la récupération rapide après chirurgie.

Les outils digitaux des deux structures se rapprochent à l’occasion de la mise en place d’un « Innovation Hub ». En 2017, Ramsay avait lancé son portail digital « Ramsay Services » pour simplifier la vie des patients avant et pendant leur hospitalisation. De son côté, Capio avait développé Capio Go, une application de prise en charge des patients à distance (téléphone, chat) avec la possibilité de prendre rendez-vous. L’« Innovation Hub » visera à développer de nouveaux services médicaux centrés sur le patient en se concentrant tout d’abord sur l’offre de soins en ligne dans le cadre du projet d’expérimentation des structures de soins de proximité.

Chargé de prévention en santé

Le dernier projet présenté concerne la création d’un diplôme universitaire de « chargé de prévention en santé » destiné aux professionnels médicaux et paramédicaux, en partenariat avec la faculté de médecine de Brest. Il s’inspire des structures de soins de proximité des pays nordiques, propices au développement de la prévention. « Notre ambition consiste à conduire, par cette formation, à la mise en place de métiers spécifiquement dédiés à la prévention dans le cadre de consultations préventives dédiées », déclare Christian Berthou, doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé de Brest.

cliniques, patient, formation, médecine