Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Covid-19, l’ANAP joue la carte de la solidarité numérique

DSIH, Propos recueillis par Pierre Derrouch, VENDREDI 10 AVRIL 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’agence nationale d’aide à la performance a développé un réseau d’entraide entre professionnels, adapté aux enjeux numériques soulevés par la crise du Covid-19. Ce dispositif exceptionnel est opérationnel depuis le 27 mars. Entretien avec Benjamin Lemoine, responsable du numérique à l’ANAP

Comment est née cette idée de dispositif exceptionnel d’entraide pour accompagner les établissements sanitaires et médico-sociaux pendant la crise du Covid-19 ? Comment est-il organisé ?

LEMOINE_Benjamin_anapL’entraide est une modalité de travail habituelle à l’ANAP, basée sur le partage d’expériences entre pairs, à travers un réseau d’une centaine de professionnels dont vingt-trois experts nationaux. Dans le contexte d’urgence de la crise du Covid-19, nous avons souhaité faciliter son accès pour répondre aux besoins pressants en matière de numérique. Les usages explosent, et les déploiements de solutions s’accélèrent.
Dès le lancement de l’opération, en quelques heures, quinze de nos experts nationaux se sont proposés. Et ce ne sont pas forcément les plus disponibles qui ont répondu à l’appel. Nous avons des professionnels du Grand-Est et de l’Ile-de-France notamment. Ils partagent l’idée que la crise est trop importante pour ne pas aider les établissements en difficulté. Par leurs compétences et expériences en matière de système d’information et de logistique, ils peuvent faire gagner un temps précieux  aux établissements.
Nous avons également ouvert le dispositif à tous les volontaires non membres qui souhaitent proposer leur aide, sous réserve qu’elle soit gratuite, sans contrepartie et rapide.
Au 9 avril, le dispositif comptait en tout trente-sept professionnels.

D’ordinaire, des demandes d’entraide sont formulées en ligne puis instruites pour acceptation par l’ANAP. Qu’est-ce qui change pendant la crise ?

Nous avons simplifié le processus à l’extrême, en proposant aux membres du réseau qui le souhaitent de mettre leurs coordonnées sur la page dédiée du site de l’ANAP. Les établissements qui ont besoin de l’aide de pairs peuvent ainsi les solliciter directement.
Tous les professionnels qui participent au dispositif s’engagent à répondre très vite,  idéalement dans l’heure de la sollicitation, au plus tard sous 24 heures. Sans réponse, la question est transmise à un autre membre de ce réseau élargi.
Et contrairement à nos pratiques courantes, les échanges prennent la forme de documents informels.

Quels sujets couvre ce dispositif exceptionnel d’entraide ?

Habituellement, nous sommes plutôt sur des projets longs, d’informatisation et d’accompagnement au changement, dans le cadre de la mise en œuvre du plan Hôpital numérique puis de son successeur Hop’en. Ici, il s’agit davantage d’apporter des réponses urgentes, immédiates,  sur différents sujets : le télétravail, les adaptations  des procédures d’achat en télétravail, les plans de poursuite d’activité SI, le numérique pour faciliter la logistique, la sécurisation de messagerie. Par exemple, un EHPAD a sollicité le dispositif pour solutionner un problème d’envoi de prescriptions à des correspondants n’ayant pas tous une messagerie sécurisée de santé. Cette situation arrive tous les jours. Mais, en temps ordinaire, ce qui ne peut pas être envoyé par MSS est transmis par courrier. Ce qui n’est plus possible pendant la crise actuelle, la distribution du courrier étant fortement ralentie. Un expert a pu apporter une réponse pragmatique, en conservant un minimum de sécurité. Nous avons sollicité l’avis de l'agence du numérique en santé qui a validé la procédure d’urgence proposée : l’envoi par messagerie simple d’un PDF verrouillé par mot de passe, doublé de l’envoi du mot de passe par SMS.
Et bien sûr, nous recevons de nombreuses demandes liées au déploiement accéléré de la télémédecine, sujet central de la crise.

numérique