Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Cloud et SIH : 32 % des DSI sont déjà passés à l’action (Communiqué)

Nuance, MARDI 12 MAI 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Près de 80 directions des systèmes d’information des établissements de santé français livrent leurs vision et leurs usages du Cloud dans la récente enquête menée par Nuance* en collaboration avec l’agence APM. Pour 9 DSI sur 10, la tendance est à l’externalisation dans le Cloud. Il n’est plus question pour les répondants de mobiliser d’importantes ressources humaines et financières pour gérer les serveurs et les logiciels de leur établissement de santé.

Cloud-survey-report-ebokk-coverpic41 applications d’ores et déjà déposées dans le Cloud par des DSI « pionniers »

En matière d’adoption du Cloud, l’enquête menée par Nuance met en exergue deux profils de DSI : les pionniers et les suiveurs. Les pionniers sont majoritairement des DSI disposant à la fois d’un budget et d’un effectif importants. Ils ont déjà externalisé dans le Cloud 41 applications. Sans surprise, la messagerie et les applications bureautiques arrivent en tête du classement. Puis viennent les plateaux techniques, les portails patients/médecins, les serveurs et l’infrastructure, et même le dossier patient. À court ou à moyen terme, 80 % d’entre eux envisagent de placer la reconnaissance vocale dans le Cloud.

65 % des DSI « suiveurs » prêts d’ores et déjà à externaliser six applications

Arrivent bien entendu en tête des applications les portails patients/médecins (84 %), le stockage de données (78 %) et la messagerie (78 %), que les suiveurs envisagent d’externaliser dès à présent. A contrario, les plateaux techniques (41 %), le dossier patient (39 %) et surtout les dossiers de spécialités (31 %) semblent être les applications les plus difficiles à migrer dans le Cloud pour ces DSI.

La sécurité et la confidentialité des données : un frein au déploiement des applications dans le Cloud

Il n’est pas étonnant de constater que les deux obstacles majeurs au déploiement des applications dans le Cloud sont la sécurité et la confidentialité des données (62 % des répondants). La perte de contrôle et d’expertise (40 %) fait également écho aux ressources humaines et aux compétences Cloud qui font défaut dans les établissements de santé. Une certaine forme de résistance au changement de la part des DSI elles-mêmes est par ailleurs observée. Les coûts des services (33 %) et les modalités de financement (30 %) semblent aussi poser des questions aux DSI lorsqu’il s’agit d’envisager le Cloud.

L’estimation du TCO peu utilisée par les DSI

Seuls 17 % des DSIH interrogés calculent systématiquement le TCO (Total Cost of Ownership)de leurs projets, alors que cet outil managérial permet d’éclairer le choix d’une solution ou d’une prestation de service au-delà du simple prix d’achat. En prime, cette approche pourrait aider les DSI à mieux défendre leur budget IT auprès des directions générales et à recevoir un plus grand soutien.

Transformer la DSI en un vrai centre de services

Les DSI ont subi une forte pression, destinée à s’accentuer à l’avenir, pour soutenir le projet médical de l’établissement et répondre aux exigences des professionnels de santé. Il semble que le Cloud puisse être considéré comme la solution pour accélérer la convergence des SIH de GHT et pour opérer plus largement la transformation de la DSI en centre de services. En effet, l’externalisation de l’infogérance et la réduction de la fonction support libéreront la DSI, qui pourra alors, en diversifiant ses compétences, piloter l’innovation et accompagner les métiers.

Découvrez les résultats complets de l’enquête Cloud & SIH menée par Nuance avec l’agence APM


* L’Agence de presse médicale APM a interrogé 79 DSI d’établissements de santé français entre le 9 janvier et le 6 février 2020 pour le compte de Nuance.

dsi, sih, cloud, établissements de santé, logiciels, plateaux, nuance healthcare, dsih, confidentialité, sécurité, patient, dossier patient