Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Covid-19, la parole à… Philippe Blanco, directeur général d’Evolucare

DSIH, Pierre Derrouch, MARDI 07 JUILLET 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L’épisode le plus critique de l’épidémie liée au nouveau coronavirus s’éloigne. Les entreprises ont repris progressivement leurs activités. DSIH a voulu savoir comment les éditeurs de solutions numériques de santé avaient géré cette période sans précédent. Il nous a paru également intéressant de les interroger sur leur vision de l’après-Covid. Entretien avec Philippe Blanco, directeur général d’Evolucare.

Quels enseignements tirez-vous en interne de votre gestion de la crise du Sars-Cov2 ?

À titre personnel, j’ai vécu cette crise comme une expérience extrêmement enrichissante. Je suis arrivé à la tête d’Evolucare le 6 janvier 2020 ; deux mois après, nous entrions dans une longue période de confinement. Je n’avais aucune idée de la manière dont la société, les collaborateurs, les clients réagiraient à cette situation exceptionnelle et j’ai été très impressionné par la résilience des équipes et du management d’Evolucare. Ils ont été capables d’adapter rapidement et spontanément leur mode de fonctionnement pour répondre aux besoins de nos clients, dans la perspective du développement d’un plan de continuité de l’activité.
Par ailleurs, avec notre suite de solutions pour les soins critiques, nous sommes très fiers d’avoir pu contribuer à l’effort de nos clients pour augmenter les capacités d’accueil dans les services de réanimation et aider le personnel soignant à faire face à cette situation exceptionnelle.
Cette expérience nous a permis de prendre conscience des ressources inexplorées de l’entreprise. Pour Evolucare, il y aura un après-Covid plus riche encore que la période qui a précédé. La situation que nous venons de vivre a mis en exergue la nécessité de faire confiance aux collaborateurs. Ils ont le talent et les ressources pour s’adapter à de telles situations et y répondre. Dans un monde marqué par les process, on s’aperçoit finalement que ce sont les individus qui font le succès. C’est certainement l’une des grandes leçons de cette période inédite.

Quels défis techniques, opérationnels, commerciaux… allez-vous devoir relever dans les prochaines semaines pour accompagner les établissements de santé dans la sortie de crise et la période d’incertitude qui risque de durer plusieurs mois ?

À l’origine petite entreprise familiale de quelques collaborateurs, Evolucare n’a cessé de se développer. La société compte aujourd’hui plus de 300 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires d’environ 30 millions d’euros. Nous souhaitons poursuivre cette croissance et servir nos clients avec des solutions de bout en bout, qui couvrent le plus largement possible leurs besoins. Nous avons développé à cet effet une suite logicielle allant du dossier patient informatisé aux solutions pour le médico-social, les soins critiques et l’imagerie médicale.
Notre ambition est de renforcer cette offre afin qu’elle soit encore plus pertinente et mieux adaptée aux attentes de nos clients. L’acquisition en février 2020 d’Actibase, une société d’imagerie importante sur le marché français, illustre cette dynamique. Nous allons poursuivre cette stratégie de développement. Dans l’imagerie, nous disposons d’une solution d’entreprise reposant sur des technologies modernes, qui peut être commercialisée par acquisition traditionnelle comme en mode SaaS. Son originalité est d’être centrée sur les métiers du radiologue et de faire tomber les frontières traditionnelles entre le RIS, le Pacs, la diffusion des résultats d’examen et la téléradiologie. Elle offre toutes ces composantes dans une solution unique. Les soins critiques, dont la crise a montré l’importance, constituent également un axe majeur pour Evolucare. Notre ambition est d’aider le système hospitalier à se renforcer dans ce secteur et nous avons à cet égard des projets de développement avec des visées internationales
Le médico-social est également un domaine dans lequel Evolucare investit énormément.
L’Anap a récemment publié un cahier de spécifications sur les fonctionnalités à informatiser dans le dossier de l’usager. Nous disposons là encore d’une solution performante, reposant sur des technologies nouvelles et qui répond d’ores et déjà à ces spécifications. Le lien entre le médical et le médico-social va prendre de plus en plus de place. Il est essentiel d’envisager le patient et le citoyen comme faisant partie d’un parcours qui n’est pas exclusivement hospitalier.

Quant au secteur sanitaire, les programmes Ma santé 2022 et Hop’en notamment placent le patient au cœur du système de soins. C’est ce que fait Evolucare depuis ses débuts, avec un objectif de prise en charge globale du patient. Nous allons continuer à développer cette approche qui nous paraît essentielle.
Enfin avec Evolucare Labs, nous misons également sur l’apport de l’intelligence artificielle pour aider les praticiens à réaliser des diagnostics plus rapides et pertinents, mais aussi pour permettre aux politiques de santé de développer des stratégies de dépistage précoce, en particulier pour ce qui concerne les maladies de l’œil.
Globalement, la crise a rappelé que les systèmes d’information devaient être flexibles et agiles, qu’ils devaient s’adapter aux modifications d’organisation et de fonctionnement du système de santé rendues nécessaires par de tels épisodes. Les systèmes d’information ne doivent pas être un frein, mais un vecteur d’accélération de ces transformations. Les technologies d’aujourd’hui apportent l’agilité nécessaire au système de santé pour faire face à ces situations.
La crise aura montré la pertinence de la stratégie d’Evolucare qui place le patient et le citoyen au centre du système de prise en charge, avec une place prépondérante pour la technologie et l’innovation, afin d’améliorer l’efficacité du système de santé.

dsih, solutions numériques, evolucare, patient, soins critiques, hospitalier