Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé >

Prestataire de santé à domicile : un métier encore méconnu des français (Communiqué)

Comarch, LUNDI 07 SEPTEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Avec plus de 2 millions de patients déjà pris en charge chez eux et les récentes restrictions sanitaires, le secteur de la santé à domicile est amené à jouer un rôle de plus en plus important dans le système de santé actuel. L’acteur en e-santé Comarch s’est penché sur le sujet dans son étude “le Futur de la Santé à Domicile” réalisée avec l’IFOP, où il fait un état des lieux du niveau de connaissance, de l’opinion et de l'expérience des Français vis-à-vis des prestataires de santé à domicile (PSAD), et de leur appétence au recours à la télémédecine

Prestataire de Santé à Domicile : un métier peu connu mais bénéficiant d’une image positive

L'étude fait d’abord état de la connaissance, ou plutôt le manque de connaissance des français vis-à-vis du métier de prestataire de santé à domicile. En effet, si cette activité est familière à la majorité des plus de 18 ans, seul un tiers des répondants sait précisément de quoi il s’agit. Parmi les profils qui les connaissent le mieux, on retrouve notamment les cadres et professions libérales ainsi que les 25-34 ans. Le plus étonnant est que parmi les répondants ayant déjà eu recours à un prestataire de santé à domicile, plus de la moitié (58%) déclarent malgré cela ne pas savoir précisément en quoi consiste cette profession.


Mais cette connaissance superficielle de l’activité de PSAD ne semble pas entraver son image. De fait, les ¾ des répondants en ont une bonne opinion, dont 18% une « très bonne », et sont seulement 6% à en avoir une mauvaise image. Selon l’étude, les français apprécient particulièrement le fait de pouvoir être soignés à domicile, un intérêt qui semble prendre de l’importance avec l'âge, notamment chez les 65 ans et plus. A l’inverse, les 18-24 ans vont préférer l’autonomie et la dimension de personnalisation des soins offertes par ce service.

Etude-IFOP-PSADEn dépit de l’image globalement positive des prestataires de santé à domicile, la méconnaissance du métier va quand même engendrer certaines craintes, comme celle que les prestations soient plus chères que des soins traditionnels (37%). Les autres principaux inconvénients perçus sont une qualité des soins qui serait moindre en comparaison à ceux prodigués en hôpitaux, ainsi qu’un manque de contact avec les médecins.

Etude-IFOP-PSAD

Près de 4 Français sur 10 ont déjà eu recours à un prestataire de santé à domicile

38% des Français ont eu recours à un prestataire de santé à domicile, que ce soit pour eux ou pour un proche. Dans ce cadre, les services qui prévalent sont les soins à domicile, suivis de la mise à disposition de matériel de maintien à domicile. L’étude soulève sans surprise un écart entre les moins de 35 ans, qui ont davantage recours à un PSAD (43%), et les 35 ans et plus (37%), plus habitués à recourir à des soins traditionnels.

Etude-IFOP-PSAD

Concernant le choix du prestataire, il se fait essentiellement par recommandation, que ce soit par le personnel soignant (67%) ou l’entourage (13%). Globalement, les recherches internet semblent plutôt rares, sauf pour les moins de 24 ans qui ont une plus grande appétence pour ce mode de renseignements.

Etude-IFOP-PSADPour découvrir l’étude dans son intégralité et en savoir plus sur l’utilisation de la télémédecine et du matériel médical connecté à domicile par les Français, cliquez ici : Le Futur de la Santé à Domicile

 

e santé, dsih